Home / Société / Tribune-Mon mot à la République (Par Lansana Diawara)

Tribune-Mon mot à la République (Par Lansana Diawara)

La préoccupation essentielle à laquelle notre société hétérogène est et demeure la satisfaction de nos besoins immédiats. Cela en vertu des valeurs et principes régissant notre vie commune et notre destin commun.

Il est indéniable que la Guinée accuse de nos jours des reculons face aux attentes immenses de vie meilleure, dus à l’inconstance de stratégies novatrices et réformatrices efficientes, certes.

Mais la valeur fondamentale réside en la capacité que des acteurs politiques et les religieux acceptent de jouer leur partition afin que les jeunes et les femmes de notre pays sortent de cet engrainage ou de cette étreinte du python que nous essuyons en longueur du temps.

Si l’on se tait sur les véritables obstacles et embûches corollaires qui surgissent, rares seront les prédicateurs qui pourraient à la limite, prévoir le lendemain pour notre république.

Qu’à cela ne tiennent, les politiques, les religieux ont une obligation morale de tracer une voie et une seule, d’orientation des jeunes et femmes de Guinée dans l’avenir meilleur. D’ailleurs, faut-il rappeler à ces vieux d’une  certaine génération qu’ils sont au soir de leur vie,  ils ne peuvent en aucun cas tuer les énergies dans l’œuf pour des intérêts personnels et égoïstes.

Que ceux parmi ces religieux et ces politiques qui oublient la besace dont le contenu est toute façon vide, point n’a besoin de leur signifier l’imposture des actes et faits commis ça et là en Guinée! On aurait souhaité voir des religieux ou des politiques cracher un ras-le-bol croustillant plein d’épices sur ce qui se passe au sein de notre république.

La Guinée a connu 60 ans de colonisation et plus de 60 ans d’indépendance teintés de tueries, d’exactions et autres frustrations conjuguées. Cet état de fait, trouble la conscience de cette jeunesse qui ne sait à quel Saint se vouer et quelle boussole suivre. Question de comparaison à d’autres pays africains…

Bref, le miroir est en face de vous. Pourvu que la jeunesse soit libérée de vos calculs politiciens.

A suivre….

Lansana DIAWARA 

Coordinateur national de la Maison des Associations et ONG de Guinée ( MAOG)

Ceci pourrait vous interesser

Viols de casques bleus en RCA: l’ONU pointe les dysfonctionnements de l’enquête

C’est un rebondissement dans l’affaire des violences sexuelles commises en République de Centrafrique par des ...