Home / Actualité / Politique / Troisième mandat : comment l’UFR compte barrer la route à Alpha Condé ?

Troisième mandat : comment l’UFR compte barrer la route à Alpha Condé ?

Comment le parti de l’ancien haut représentant du chef de l’Etat compte-t-il barrer la route à Alpha Condé dans un éventuel troisième mandat? Saïkou Yaya Barry, secrétaire exécutif de l’UFR semble avoir la solution. Le député invoque une union dans la démarche. C’est pourquoi, il a lancé ce samedi 16 mars 2019 un appel à l’ensemble des couches sociales, politiques et syndicales du pays.

Pour contrecarrer l’actuel locataire du palais Sékhoutouréya contre toute action de modification de la constitution guinéenne, l’Union des Forces Républicaines mise sur les jeunes et femmes guinéennes.

« Ce que je demande à la jeunesse, c’est de se mettre en ordre de bataille dans les quartiers, dans les communes, organisez-vous à partir de maintenant. On a fini avec la restructuration du parti à Conakry. Nous avons des jeunes qui sont déterminés, qui ont de la conviction. Mettez un barrage à la volonté de tripatouiller la constitution (…) Je vous dis qu’ils ont peur de nous parce qu’ils savent que nous sommes capables de faire la révolution dans ce pays » a avancé le député Saïkou Yaya Barry, le remplaçant de Baïdy Aribot au poste de secrétaire exécutif.

« Dès maintenant, je demande à la jeunesse de l’UFR de se mettre en ordre de bataille dans les quartiers avec la société civile, avec les autres partis politiques pour barre la route à ses reléguas qui veulent modifier notre constitution », a-t-il enchainé devant les médias.

Jusque-là silencieux sur la question d’une modification ou pas de la constitution, Alpha Condé renvoie souvent la balle au peuple. Même s’il ne s’est encore prononcé sur son avenir à la tête du pays au-delà de 2020, certains de ses proches ne cessent de s’aventurer dans une idée de tripatouillage de l’actuelle constitution qu’ils jugent illégale. Pour preuve, ce jeudi au palais du peuple, la Coalition des Partis Alliés à la Mouvance (COPAM), a affirmé son soutien risqué au chef de l’Etat. Malheureusement, un groupe de personnes y a exposé son opposition dans la salle des actes du palais du peuple.

A suivre…

Alpha B.

Ceci pourrait vous interesser

Internet: les 10 pays les plus connectés d’Afrique

Maroc, Kenya ou Tunisie ? La palme du plus fort taux d’accès à internet en Afrique ...