Home / Actualité / Economie / Tribune-LFR 2019 : la particularité d’un discours réussit qui dément l’apocalypse annoncée

Tribune-LFR 2019 : la particularité d’un discours réussit qui dément l’apocalypse annoncée

Ni maniéré ni alambiqué, flanqué d’un long sourire angélique dans les limites du détail près, se présente devant la représentation nationale, un ministre, méthodiquement et pédagogiquement sans commune mesure, passe avec brillance son passage dans le cadre de la défense de la loi des finances rectificatives 2019.

Dominant largement son sujet avec un langage de vérité qui lui est habituel, marqué d’un sang-froid avec une grande sérénité d’une extrême rareté, malgré l’ambiance électrique reconnue à notre hémicycle, le Ministre Ismaël Dioubaté du budget, sans trop de littérature a frappé fort dans le portefeuille politique de nos députés, étoilé d’applaudissements à tout rompre.

Alors que l’exercice était annoncé très difficile pour le Ministre par une certaine presse avec des menaces dit-on de certains élus d’opposition sur les trous budgétaires et autres manquements, c’était sans compter sur le courage et l’intelligence du jeune Ministre, concret et authentique, discipliné et fort d’un mental de guerre avec une gibecière dont les munitions en terme d’argument étaient soigneusement à sa disposition.

De la première à la dernière minute de son intervention, Ismaël Dioubaté a bénéficié d’une attention soutenue en dépit des hostilités politiques très visibles et parfois assez violentes.

Ce monstre à sang froid, sans besoin d’avoir un discours de référence a plutôt attaché la plus grande importance au contenu de son discours qu’à l’agitation de l’auditorium qui serait de nature à inspirer méfiance et doute en lui.

Il a fait preuve de courage et de sincérité face au risque d’élongation et de rétractation.

Utile par son talent de pédagogue, ce technicien de la mesure, du scrupule, d’une culture large et d’une simplicité légendaire est l’exact d’un réformateur issu de la majorité silencieuse.

Face à l’impopularité du gouvernement pour son arrogance et l’exaspération des citoyens quand au durcissement des mesures d’austérité qui voient en l’État sa volonté de raboter son assiette, il faut impérativement des Ministres qui ont le flair de la sensibilité pour faire accepter par l’opinion son message avec une grande capacité de maîtrise de soi.

Comme l’a brillamment et éloquemment expliqué le Ministre, la traditionnelle LFR ne bénéficie pas d’une explication exceptionnelle sur les prévisions. Elle intervient dans toutes les économies du monde sans exception. C’est une règle évidente d’une économie vivante et en mouvement. L’apocalypse annoncée ne l’a finalement été. Le Ministre Dioubaté ne s’est jamais senti confortablement heureux que dans des situations de ce genre où on s’attend moins à un quelconque succès. Il surprend toujours quand le sens d’un espoir si mince est quasiment impossible.

Contrairement à la compréhension du grand nombre, la LFR intervient soit pour corriger des manquements dans les prévisions (déficitaire) ou aboutir à des modifications dans les lignes (excédentaires) pendant des périodes bien déterminées. Et, elle intervient une fois dans l’année dans la période d’après session des lois à un mois de l’ouverture de la loi des finances initiale. Elle dure 15 jours, ni plus ni moins.

Des données statistiques rassurantes 

Il n’y a de chiffres bons que pour le bon Ministre.

Dans sa démonstration technique d’une haute teneur, le Ministre déclare sans avoir été contredit que les recettes fiscales ont été réalisées à hauteur de 8.265,45 milliards contre une prévision semestrielle de 8100,51 milliards. Soit, un taux d’exécution de 102,04%. Une performance indiscutablement vraie avec le leadership brillant et succulent du très rationnel réformateur discret Ministre du Budget.

À voir l’incroyable progrès réalisé par le dynamique Ministre Dioubaté, l’on pourrait sans hésitation lui décerner le prix du courage et de l’excellence. Le FMI ne nous dira pas le contraire, nos chiffres sont bons voire très bons.

Par Habib Marouane Camara

Journaliste et Analyste Politique

Ceci pourrait vous interesser

People : Black M fait des confidences sur son fils né prématurément

Le rappeur français, d’origine guinéenne, Black M et son épouse Léa Djadja ont accordé le ...