Home / Actualité / Politique / Tribune-Le sens du discours du 04 septembre 2019 du Pr Alpha CONDE (Par Dr Bouna Yattassaye)

Tribune-Le sens du discours du 04 septembre 2019 du Pr Alpha CONDE (Par Dr Bouna Yattassaye)

  • Un discours d’appel

Bref, concis et orienté sur un rappel du parcours politique du chantre du combat démocratique, sur la République et le peuple de Guinée, ce discours du 4 septembre est un appel responsable pour le processus de démocratisation de notre pays.

Il est construit au tour des mots forts « Combat politique pacifique- Volonté du peuple- Renouvellement institutionnel – Responsabilité ».

En plus des mots, la solennité et le moment de la déclaration, en ces temps de forte opposition entre pro et opposé à la nouvelle constitution font de ce discours, historique et du Président de la République un homme à l’écoute du peuple.

  • Le choix du mois « Septembre »

En choisissant le mois de septembre pour un appel aux consultations sur la constitution et l’organisation des élections législatives, il rappel au subconscient de chacun de nous que le sujet abordé est important et décisif pour notre pays. Notre histoire d’indépendance est fortement liée au mois de septembre 58.

9ème mois de l’année, il symbolise l’idéalisme, l’ouverture d’esprit, la vision à travers le voyage, la connaissance et le dévouement.

  • La place de la jeunesse

En choisissant ce mois d’espoir et de vision et lancer un appel fort à la jeunesse « Je voudrais adresser, en cette circonstance, un message de confiance et d’espoir à notre jeunesse : jeunes de Guinée, quelles que soient les difficultés, votre avenir est ici en Guinée. Je voudrais vous rassurer en tant que gouvernant que notre préoccupation est la jeunesse et notre devoir est de lui garantir son avenir », le Président de la République nous appel à l’action et à notre devoir de poursuivre le combat pour une Guinée meilleure.

Chers jeunes de Guinée, notre place n’est pas dans la rue pour les manifestations mais de s’organiser pour être une force de proposition et d’actions constructives. L’appel du Président de la République à la consultation sur toutes les questions dont celle de la nouvelle constitution nous interpelle et exige de nous, une meilleure implication dans cette consultation. Nous devrions briller par nos arguments et propositions. En lieu et place des invectives, organisons-nous dans les partis politiques, dans les plateformes pour suivre le chemin qu’a suivi le Prof Alpha CONDE « J’appartiens à une génération qui s’est mobilisée très tôt pour la libération de notre continent, la dignité et la fierté des peuples d’Afrique parce que nous croyons profondément à la justice, à la liberté, à l’égalité entre les hommes, à l’égalité entre les peuples »

  • La voie du combat politique

A travers ce discours, l’homme rappel une fois de plus à tous et surtout à la jeunesse que le combat politique est celui des idées et non de celui d’une opposition de communautés «  Mes chers compatriotes, dans ma génération politique, tous les combats ont été menés et gagnés dans la sérénité .Nous avons fait, depuis toujours, le choix de la lutte pacifique pour la démocratie qui consacre la souveraineté du peuple appelé à être consulté aussi souvent que  nécessaire, capable de se prononcer, en toute âme et conscience, sur ce qu’il voudrait ou ne voudrait pas. A cet égard, personne n’a le pouvoir ou le droit de se substituer au peuple et ne dispose de toute l’autorité pour parler, agir, décider en son nom et à sa place ».

Voici la voie à suivre : Jeunes de guinée, levons-nous pour accompagner le Président de la République pour que cette sérénité et le respect des droits des uns et des autres sans pour autant se substituer au peuple qui est souverain en régime démocratique.

  • La nouvelle constitution guinéenne

Ici encore, le Président de la République a montré le chemin à suivre pour cette nouvelle constitution. Revenu plusieurs fois, sur la liberté qu’à chaque peuple de décider de son avenir, en lieu et place d’un passage en force, il choisit le chemin de la confrontation d’idées, de positions et d’opinion au tour du Premier Ministre sur la question de la constitution.

Le rappel de son parcours politique dans ce discours et des chemins empruntés lors de tout son combat politique dise à suffisance que le Président n’ira pas en force mais respecte déjà certains principes élémentaires dans l’élaboration d’une nouvelle constitution dans un état à démocratie naissante comme la nôtre « C’est pourquoi, je comprends le débat en cours dans le pays sur tous les sujets de préoccupation y compris la Constitution. Mais, comme je l’ai indiqué auparavant, il ne m’appartient pas de trancher ou de choisir à la place des Guinéens. Avant toute prise de position personnelle, j’ai le devoir d’écouter tout le monde. Pour ce faire, j’instruis le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, d’initier des consultations avec les institutions de la République, les partis politiques, les syndicats, les organisations de la société civile pour recueillir les avis des uns et des autres dans un échange ouvert sur les différentes questions pour que le débat porte sur les arguments et les recommandations. Tout sujet peut être discuté dans une démocratie ».

Il faut rappeler que nous sommes en démocratie et que contrairement à la constitution de 2010 rédigée par un « syndicat de corporation », cette nouvelle constitution devra recueillir les avis de tous d’une part en consultant les différentes forces en présence et d’autre part avoir l’aval du peuple à travers des élections.

  • L’appel à l’organisation des élections législatives

Organiser les élections législatives avant celles du référendum est aussi un appel de démonstration de force. S’il est vrai que le débat sur la révision ou nouvelle constitution fait rage, il convient de se poser la question de savoir quel est le rapport de force face à l’exécutif. L’actuelle assemblée nationale ayant fini son mandat peut être jugée « d’illégitime » pour donner son avis à la consultation populaire pour ce projet de nouvelle constitution. Ce vide permet aux uns de s’octroyer des poids fictifs à travers des manifestations et des appels sur les médias, faisant croire que le peuple est avec eux. De l’autre côté, la mouvance mobilise les citoyens pour soutenir le projet. Alors qui a raison ? La nouvelle assemblée nationale définira les forces en présence et sachant que nul ne peut s’opposer à la volonté du peuple en démocratie, le débat sur la nouvelle constitution par des représentants élus ne saurait souffrir d’aucune ambiguïté.

Là encore, la stratégie, la responsabilité et la cohérence rapporte sur l’émotion. La constitution étant une question politique, l’hémicycle sera le théâtre du débat politique et non la rue à travers la manipulation de certaines entités de la société civile.

Au-delà des considérations partisanes, l’histoire de ce pays sera ce que nous voulons qu’elle soit et il appartient à chacun de travailler à la construction d’une Guinée meilleure.

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens !

Dr Bouna Yattassaye

Ceci pourrait vous interesser

Culture : Bonne nouvelle pour les groupes Degg J force 3, Banlieuz’Art et King Alasko

C’est une bonne nouvelle pour les Groupes BLZ, Degg j force 3 et le jeune ...