Home / Actualité / Politique / Tribune-La jeunesse guinéenne doit s’affranchir de la tutelle politique et ethnocentriste qui la manipule

Tribune-La jeunesse guinéenne doit s’affranchir de la tutelle politique et ethnocentriste qui la manipule

La nécessité d’un profond renouveau de la classe dirigeante et politique guinéenne s’impose en ces temps incertains que traverse le pays.

Aujourd’hui, nous constatons que les plus importantes fonctions étatiques et les principales responsabilités au sein des formations politiques sont toutes sous le contrôle de personnalités ayant plus de 60 ans, dans un pays dont la majorité de la population a moins de 45 ans. Mais cette couche est la principale victime du chômage, de la pauvreté, des inégalités, des luttes claniques et de la mal gouvernance qui minent la société guinéenne.

En effet, les challenges actuels et futurs de la Guinée placent la problématique de la jeunesse au cœur du débat sociétal par rapport à l’avenir de la nation.

Les enjeux qui interpellent le gouvernement, quant aux conditions de la jeunesse, requièrent des solutions adaptées pour faire face à une multitude de difficultés, parmi lesquelles on peut citer les tentatives à l’immigration clandestine, la radicalisation religieuse, la délinquance juvénile, le désœuvrement, la dépravation des mœurs, le banditisme…

Les différentes transformations dues aux spectaculaires progrès technologiques, sous l’impulsion des réseaux sociaux ont complètement libéralisé les moyens de communication dont les jeunes en sont les principaux bénéficiaires et animateurs. Désormais, on voit tout ce qui se passe ailleurs pour comparer. Chacun a voix au chapitre, quelles que soient ses opinions et ses convictions. Le monopole ou l’emprise dont l’Etat exerçait sur les médias n’a plus de sens dans cette ère digitale.

Cependant, la stagnation et les crises politiques répétitives entre rivaux, d’une certaine génération constituent un grand décalage entre le combat qu’ils semblent mener et les impatiences d’une large frange de la société. Cette dernière constituée de la couche juvénile, utilisée sciemment dans la lutte politique, mais écartée de l’espace décisionnel au moment du partage des responsabilités.

Donc, pour être en mesure de cerner lucidement les attentes du peuple, le leadership politique doit impérativement avoir en son sein des jeunes ayant la vision, la compétence, l’engagement, le patriotisme…pour peser dans la balance. Le rajeunissement de l’administration sur des bases saines reposant sur le mérite doit aussi suivre cette logique pour insuffler du sang nouveau et une dynamique fraiche dans la gestion de l’Etat.

Qu’il n’y ait plus de calculs népotistes, partisans ou autres quand il s’agit de donner aux jeunes l’opportunité de se préparer à jouer des rôles majeurs dans la direction des affaires a plusieurs niveaux, car c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Le président Alpha Condé aime à dire : « Qu’en tant que gouvernant, notre préoccupation est la jeunesse et notre devoir est de lui garantir son avenir ».

Que la jeunesse s’affranchisse de la tutelle politique et ethnocentriste qui la manipule pour exiger une plus grande représentativité, sinon présenter des candidats crédibles aux postes électifs pour promouvoir et défendre son agenda et ses intérêts.

Le temps de s’épanouir et de se libérer est plus que propice pour la jeunesse, dans cette guerre que se livrent des  « vieux loups et briscards » fatigues.

Almamy Kemo

Ceci pourrait vous interesser

18ème édition du FENAC : le Ministère en charge de la Culture annonce les couleurs (Communiqué)

Dans un communiqué transmis à Globalguinee.info, le Ministère en charge de la Culture a annoncé ...