Home / Société / Mory Sangaré répond aux menaces de Soumah et Cie : « Ça ne me fait ni chaud, ni froid »

Mory Sangaré répond aux menaces de Soumah et Cie : « Ça ne me fait ni chaud, ni froid »

Après les accusations du secrétaire général du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), par rapport au soi-disant refus du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré de vouloir rencontrer sa structure syndicale, l’accusé est sorti de coquille ce mercredi 10 Avril 2019 pour lever le coin du voile.

Le patron du MENA a dans une brève interview qu’il a accordé à notre rédaction, réagit au déclenchement de la grève des enseignants du Slecg pour fait de revendication du non respect de certains points notamment le point 2 inclus dans l’accord du 10 janvier 2019. Mory Sangaré réplique par ailleurs, que les menaces de Soumah et Cie ne lui font ni chaud, ni froid.

Lisez !!!

« Dans le cas particulier de Soumah, je lui ai écouté dire une fois que si j’ai besoin de lui, de lui adresser un écrit. Alors quand j’aurai besoin de lui, je lui adresserais un écrit (…) La fédération Syndicale est venue, le Slecg version Kadiatou Bah est venu, le SNE est venu, d’autres syndicats aussi sont venus. J’a i reçu Sow, le secrétaire général de l’USTG à mon bureau. Et ma porte n’est fermée à aucune structure syndicale, plutôt les syndicats représentent des partenaires incontournables du ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation.

Ce n’est pas eux qui m’ont nommé. Cela ne me fait ni chaud, ni froid. Je les demande de venir autour de la table pour discuter. Parce que même quand ils déclenchent une grève, on finira par nous asseoir autour d’une même table et parler de cette question. Ils auraient même pu continuer le travail, puisque c’est pas eux qui paient et revenir discuter de la faisabilité de l’action au niveau du ministère de l’enseignement supérieur.

Le droit de grève est reconnu. Mais le droit de travail est aussi reconnu. Si vous abandonnez votre travail conformément à la loi, on tirera toutes les conséquences », a-t-il réagit au micro d’un journaliste de Globalguinee.info

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

L’Ufr dément Kiridi Bangoura : « Sidya Touré, a quitté la primature en février 1999 »

Dans une de ses sorties chez nos confrères de Jeune Afrique, le ministre Secrétaire Général ...