Home / Société / Mon sexe n’est pas une faiblesse, mais une force dans mon combat

Mon sexe n’est pas une faiblesse, mais une force dans mon combat

Qui aurait cru qu’après 2000 ans, une jeune fille de 19 ans d’une famille musulmane appliquée à l’islam pourrait prononcer cette phrase « mon sexe n’est pas une faiblesse, mais une force dans mon combat ».Et, je vous assure que Ramsès II, le pharaon le plus puissant de l’empire d’Egypte qui a bâti les Pyramides n’aurait pas cru voir une jeune fille s’affirmer de la sorte.

Évidemment, Hadja Idrissa Bah, présidente du club des jeunes filles leaders de Guinée l’a dit devant des centaines de personnes à Paris au cours d’une rencontre des féministes de l’Afrique de l’ouest et ceux d’Europe en prononçant ces quatre mots à la fois ‘’sexe, faiblesse, force et combat ‘’ qui m’ont d’ailleurs intrigués et orientés à me poser quelques questions à savoir : que veut dire cette jeune fille ? Qu’est-ce la poussée à dire cela ? Et à qui s’adresse-t-elle ?

Les réponses à ces questions peuvent être simples à une simple lecture. Mais, s’orienter dans un jeu de vocabulaire axé sur les mots sexe, faiblesse, force, combat et de chercher à comprendre le lien entre ces mots, on pourrait avoir le vrai sens du message de Hadja Idrissa Bah.

Mon combat ! De quel combat s’agit ?

Notre imagination pourrait se projeter sur la série Game of Throne dans laquelle l’actrice Daenerys Targarien donnée en mariage forcé à Drogo chef d’une grande armée par son frère à cause de l’armée de celui-ci et elle a cherché à conquérir le trône de fer qui a été usurpé par Robert Baratheon dont elle a usé de toutes ses forces pour accéder au trône de fer. Biographie https://gameofthrones.fandom.com/fr/wiki/Daenerys_Targaryen

Contrairement à Daenerys Targarien, le combat dont Hadja Idrissa fait référence est un combat contre les mariages forcés, les mariages des enfants, l’excision, les grossesses précoces et les IST/VIH/SIDA cité par nos frères de WANACORP. http://www.wanacorp.fr/hadja-idrissa-bah-combat-pour-les-droits-jeunes-guineenes/

Sans tabou et langue de bois, il faut l’affirmer que les adolescentes, les jeunes filles et les femmes subissent toutes les minutes les violences des hommes, les mariages forcées, le viol, l’excision à cause de leur sexe.

Sexe ! Quel sexe ?

Défini par le dictionnaire Larousse comme étant toutes les caractéristiques physiques permanent de l’individu humain, animal ou végétal, permettant de distinguer, dans chaque espèce, des individus mâles et des individus femelles ; ensemble de ces individus mâles ou femelles. Les organes sexuels, la verge chez l’homme, la vulve et le vagin chez la femme.

Les sociétés humaines, les cultures, traditions et confessions religieuses pensent que la femme n’a pas droit sur son sexe. Ils considèrent la femme comme un élément d’infériorité, faible ou qui n’a pas de force pour dire ou faire quoi que ce soit. Et pourtant, la femme est une force que les hommes cherchent toujours à couvrir leurs bravoures et intelligences.

Moïse, Jésus Christ et le prophète Mahomet ont été chacun à leur époque de très grandes personnalités écoutées, craintes et sont après plus de 2000 ans des personnages de références dans les deux grandes religions du monde à savoir l’islam et le christianisme.

Si le monde respect Jésus Christ, Moise et le prophète Mahomet qui ont été sauvés par des femmes dans des situations les plus critiques en d’autres termes dans les situations où on cherchait à leurs tuer. Mais, ce sont des femmes qui ont eu le cœur de prendre soins de ces héros de l’islam et du christianisme à un moment donné de notre histoire pendant que les hommes entre guillemets avec un pénis ont eu peur de prendre la garde de ces héros, je dirai haut et fort que la femme n’est pas une faiblesse, mais une force.

Notre activiste Hadja Idrissa Bah a certainement compris que son sexe est une force pour sauver les jeunes filles de l’excision, des mariages forcés ou précoces et de dénoncer toutes les violences faites aux femmes chaque minute. Walayiii ! Si j’avais un pouvoir magique, j’allais écrire cette phrase sur le front de toutes les femmes « mon sexe n’est pas une faiblesse, mais une force dans mon combat » en signe d’alerte et de défense. Mais, n’ayant pas de pouvoir magique pour le faire, je recommande à toutes les femmes de prononcer cette phrase à toutes opportunités, situations afin que cela devienne un refrain pour les hommes ‘le sexe de la femme n’est pas une faiblesse, mais une force’.

Cécé HONOMOU

Avocat Stagiaire Secrétaire Général National / MAJ Vice-président du Réseau des Jeunes Ambassadeurs pour la Planification Familiale/Guinée Secrétaire Général du C.E.R.E.S.A.D Tel: (+224) 657 68 85 11 / 623 56 29 90 / 660 21 78 17 E-mail: cecehonomou@gmail.com

Ceci pourrait vous interesser

Le Sénégal sous le choc après la disparition de Pape Diouf

Il est 20 heures ce 31 mars au Sénégal. Le couvre-feu destiné à endiguer la pandémie du ...