Home / Actualité / Politique / Manifs du 14 octobre: la PNAPIC flingue le FNDC et s’insurge contre les discours de va-t’en guerre…

Manifs du 14 octobre: la PNAPIC flingue le FNDC et s’insurge contre les discours de va-t’en guerre…

La plateforme nationale de participation et d’initiative citoyenne a dénoncé ce samedi 12 octobre 2019, l’appel à manifester du Front national pour la défense de la constitution. Au cours d’une conférence de presse qu’elle a animé à la maison de la presse sise à Kipé, la PNAPIC a attiré l’attention de tous les acteurs politiques et sociaux face aux enjeux qui se dessinent et qui à terme pourraient déstabiliser notre vivre ensemble.

Au-delà des antagonismes et des adversités, la PNAPIC lance une invite à la sagesse et à la retenue pour que triomphent les idées. Car dit-elle,  »nous pensons qu’il faut refonder la politique à travers un esprit citoyen et qui dit esprit citoyen, dit sauvegarde de la paix sociale de la concorde et de l’unité nationale » peut-on lire dans sa déclaration.

Aussi, la PNAPIC dénonce avec force les discours va-t’en guerre qui ne favorisent ni le dialogue ni la compréhension entre les différents acteurs de la vie sociale et politique de la Guinée.

 »Elle rappelle que la violence surtout dans un contexte social très difficile n’engendrera que désolation et frustration » ont prévevu les membres de cette structure.

De l’avis de la Plateforme nationale de Participation et d’initiative Citoyenne, il y a une certaine classe politique et sociale qui ne cherchent pas à rassembler et qui ne s’appuie que sur des éléments de division pensant qu’une situation de chaos leur serait favorable.

 »Que l’état reconnaisse à tous les acteurs politiques et sociaux le droit de manifester ou de ne pas être d’accord avec une quelconque décision mais que tout soit fait dans un esprit républicain » alertent les activistes de la société civile guinéenne.

En fin, la PNAPIC appelle tous les citoyens de tous bords à adopter un comportement républicain et ne pas être dupe.  »Ce n’est pas en usant de la violence qu’on parviendra à abattre un adversaire mais en comprenant ses mécanismes qu’on parviendra à ne pas le subir et cela passe par le dialogue et la discussion » conclut-elle dans sa déclaration.

Cette déclaration intervient au moment où plusieurs responsables du Front national pour la défense de la constitution sont arrêtés à Conakry. Abdourahmane Sanoh, Sékou Kondouno, Ibrahima Diallo, tous membres fondateurs du front sont détenus par les forces de l’ordre selon nos informations.

À suivre…

Alpha Madiou Bah

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Depuis la prison, Elie Kamano écrit: « le silence coupable des artistes face à une situation dramatique… »

Depuis sa cellule, où il séjourne depuis plusieurs semaines, après avoir été condamné par la ...