Home / Actualité / Echos de nos régions / Liberté de la presse menacée en Guinée : le Syndicaliste Sidy Diallo se fait voix et interpelle la corporation !

Liberté de la presse menacée en Guinée : le Syndicaliste Sidy Diallo se fait voix et interpelle la corporation !

Les convocations récurrentes des journalistes guinéens à la Direction de la Police Judiciaire ne sont pas du goût du secrétaire général du syndicat de la presse privée de Guinée (SPPG). Le camarade Sidy Diallo explique cela par une forme d’intimidation du régime de Conakry.

Alors que le doyen Souleymane Diallo, Patron du Groupe de presse Lynx-Lance-Lynx FM est placé sous contrôle judiciaire et doit se présenter avec le DG de Lynx FM, Aboubakr Diallo, tous les mercredis et vendredis à la DPJ, la presse guinéenne affiche une inquiétude et une préoccupation majeure dans l’exercice du métier de journalisme dans le pays dirigé par Alpha Condé.

Convoqués hier lundi à la Direction centrale de la police judiciaire pour être entendus, l’audition des journalistes serait consécutive au passage de dame Doussou Condé, une militante des premières heures du parti au pouvoir, devenue un cauchemar pour le pouvoir dans l’émission « Œil de lynx ».

D’après Me Traoré, un des avocats de l’accusé, le doyen Souleymane Diallo est poursuivi sur la base de la loi sur la cybercriminalité en lieu et place de la loi sur la liberté de la presse, pour complicité de production et diffusion de données de nature à troubler la sécurité publique et à porter atteinte à l’honneur et à la dignité humaine.

« La loi sur la cyber sécurité prévoient non seulement des amendes très élevées, mais aussi des peines d’emprisonnement. Donc la situation est grave»,  a dénoncé l’avocat.

Cette méthode est fustigée par le secrétaire général du syndicat de la presse privée de Guinée (SPPG), qui parle d’une chasse aux sorcières, lancée par le régime Condé, contre les hommes de médias du pays.

« Pourquoi on convoque les journalistes à la DPJ, étant donné que nous avons l’institution qui est la HAC, qui a même en son sein une commission discipline qui peut même suspendre une émission, retirer la carte professionnelle si toutefois le journaliste est fautif ? Je voudrais quand-même que les gens cessent, parce qu’on est obligé de travailler, de donner la parole à tout le monde et aussi d’enquêter surtout s’il s’agit d’une gestion publique. Donc, je suis vraiment désolé qu’on continue de faire défiler des journalistes à la DPJ », a fustigé le camarade Sidy Diallo, interrogé par la presse lundi.

Le SPPG invite les journalistes à une union sacrée pour faire face à l’intimidation des autorités guinéennes à travers les associations de presse. Une réunion imminente est annoncée pour ce mardi 20 août 2019 à Conakry, entre membres du bureau exécutif du Syndicat de la presse privée du pays. Une réunion qui sera sans nul doute sanctionnée par une déclaration d’alerte.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

AC Milan-Inter, un derby sous le signe de la lutte contre le racisme

Après les récents incidents à caractère raciste qui ont entaché le football en Italie et ...