Home / Actualité / Politique / Les allers-retours de Nicolas Sarkozy à Conakry intriguent des guinéens

Les allers-retours de Nicolas Sarkozy à Conakry intriguent des guinéens

Que cherche Nicolas Sarkozy en Guinée ? L’ancien président français n’avait jamais visité ce pays durant sa présidence. Il s’y est rendu à trois reprises depuis le mois de février. Rien n’a filtré à Conakry sur ces visites dites privées qui ne semblent pas être du goût de certains guinéens.

Trois visites en trois mois sans aucune communication de la part des autorités guinéennes. Dans les rues de Conakry, certains ont fini par s’interroger sur ces va-et-vient. Ils aimeraient en savoir davantage, comme en témoignent ces réactions recueillies par BBC-Afrique.

‘’C’est inquiétant pour nous qui ne savons pas les dessous de ces visites’’. ‘’Dans les conditions normales, le gouvernement doit communiquer. Il ne s’agit pas de n’importe quel citoyen français qui multiplie ses visites chez nous’’. ‘’Qu’est-ce-que il vient faire en Guinée ? Quand il était président, il ne venait pas’’.

Certains guinéens voient même derrière ces visites des relents de la ‘’Françafrique’’ que leur pays a toujours combattue.

‘’Ils viennent remplir leurs poches, puis ils repartent. C’est la même chose depuis 1958. Il faut que les Guinéens ouvrent les yeux’’. Un guinéen de Conakry à BBC Afrique

Les mines de fer guinéennes dans la ligne de mire

Nicolas Sarkozy s’était rendu pour la première fois en Guinée le 21 février en compagnie de l’homme d’affaires franco-israélien Beny Steinmetz. Riche diamantaire et magnat des mines, il était en conflit avec les autorités de Conakry depuis 2008 au sujet d’une concession minière dans le sud du pays.

La médiation de Nicolas Sarkozy, qui a rencontré le président guinéen Alpha Condé, avait permis de retirer les accusations de corruption portées contre le milliardaire. Pour sa part, l’homme d’affaires avait fini par renoncer à ses droits sur l’exploitation du gisement de fer de Simandou et obtenu l’exploitation d’un autre gisement, avait révélé l’hebdomadaire Jeune AfriqueLire la suite de l’article sur FranceTVInfo en cliquant ici.

Ceci pourrait vous interesser

Les 19.219 victimes de la casse de Kaporo rails pourraient mettre leurs puces Orange-Guinée dans les poubelles si… (Déclaration)

Le collectif des victimes du déguerpissement de Kaporo-Rails, Kipé2 et Dimesse porte à la connaissance ...