Home / Actualité / Politique / Le Président Alpha Condé et l’accueil du RPG-AEC sur fond de nouvelle Constitution : Mélange de Genres ?

Le Président Alpha Condé et l’accueil du RPG-AEC sur fond de nouvelle Constitution : Mélange de Genres ?

Il n’est un secret pour personne que la Guinée, depuis un certain temps, traverse une zone de turbulence, consécutivement au débat houleux autour de la nécessité ou non de de la doter d’une nouvelle constitution.

Tellement les passions se sont déchainées autour de ce sujet, tellement les contradictions se sont radicalisées là-dessus, on ne compte plus les meetings qu’il y a eus ici, pour soutenir l’idée, et là, pour la dénoncer.

Il y a eu des arrestations, finalement des morts après les manifestations du 14 Octobre, appelées par le FNDC.

Tout au long de ce feuilleton des ‘’Alanmanè (ça marchera)’’ et ‘’Amoulanfé (ça ne marchera pas)’’, le président de la République a dit adopter une posture d’observateur que son statut lui impose, en s’engageant d’écouter les différentes positions, afin de trancher au moment venu.

C’était d’ailleurs cela le but des consultations qui ont été menées par le premier Ministre Kassory Fofana, des consultations dont il tirera les conséquences qui s’imposent.

Faut-il organiser un accueil spécial au Président qui rentre d’une mission d’Etat, sur fond de campagne sur un sujet d’enjeu national qui divise ? Là est toute la question !

Dans un contexte aussi chaud, aussi tendu où les démonstrations de force à travers les mobilisations impressionnantes de personnes prennent forme avec pour finalité, de montrer au Chef de l’Etat, qu’une bonne partie du peuple adhère à ses positions, faut-il qu’un des camps implique sa personne dans cette campagne à ses côtés au détriment de l’autre camp ?

Ainsi après la marche du FNDC, le jeudi 24 octobre 2019, qui aurait mobilisé plus d’un million de personnes selon les organisateurs et 30 mille à en croire le gouvernement, le parti au pouvoir semble avoir être piqué à nouveau par le syndrome de la mobilisation des masses.

Ainsi les couleurs sont annoncées. Ce qui est naturellement un exercice normal dans une démocratie en bonne santé.

Mais de là à vouloir organiser une mobilisation aux couleurs et slogans du ‘’Oui’’à la nouvelle constitution, à l’occasion du retour du Chef de l’Etat qui rentre d’une mission d’Etat, et qui d’ailleurs déjà dit, se mettre au-dessus de la mêlée et de toutes les passions qui se dégagent autour de ce sujet, ne serait-il pas un mélange de genres, une confusion, du deux poids deux mesures de la part du Chef de l’Etat lui-même ?

Je réponds par l’affirmatif, car il serait judicieux que le parti au pouvoir, voulant répondre au défi de la mobilisation, à lui lancé par le FNDC, laisse la place à la CODENOC qui serait l’équivalent du FNDC, et que celle-ci, se charge d’organiser une contre-mobilisation, grandeur nature, cela en dehors totalement de l’agenda du Président de la République, qui pour le moment, encore une fois, n’a pas tranché sur ce sujet, même si, de par ses différentes sorties médiatiques, on peut lui en prêter l’intention.

Si le RPG-AEC mobilise des personnes qui vont crier OUI à la nouvelle constitution à l’aéroport, jeudi, en accueillant le Chef de l’Etat, d’autres citoyens dont Alpha Condé est également le président, n’auraient-ils pas en ce moment le droit d’y venir en criant NON ?

Si un tel scénario était de droit, n’y aura-t-il pas alors risque d’accrochage à l’aéroport de Conakry ou le long du trajet qui sera celui du président de la république, quand on sait que le fair-play politique, est la denrée la plus rare dans la pratique de la politique dans ce pays ?

A y réfléchir.

Mamadou Oury DIALLO

Journaliste, Analyste Politique   

Ceci pourrait vous interesser

Viols de casques bleus en RCA: l’ONU pointe les dysfonctionnements de l’enquête

C’est un rebondissement dans l’affaire des violences sexuelles commises en République de Centrafrique par des ...