Home / Société / L’assainissement du fichier des enseignants est une bombe à retardement (Par Aboubacar Mandela Camara)

L’assainissement du fichier des enseignants est une bombe à retardement (Par Aboubacar Mandela Camara)

Après un peu plus de trois mois de « grève générale et illimitée », lancée par le SLECG d’Aboubacar SOUMAH, un accord a été finalement signé le 10 Janvier dernier avec le gouvernement. Grâce, bien entendu, à la facilitation du Ministre d’Etat, Tibou KAMARA.

Nonobstant la non obtention d’un gain de cause sur les huit millions de francs guinéens (8.000.000 GNF) tant rêvés, les enseignants grévistes gardent une lueur d’espoir que leur suscite le point numéro 2 de l’accord (assainissement du fichier).

Quels sont les enjeux de cette opération d’assainissement du fichier des fonctionnaires enseignants ?

Tout d’abord, il serait judicieux de rappeler le point portant sur l’assainissement du fichier qui stipule :

«La création à compter du lundi 21 janvier 2019, d’une commission mixte gouvernement-SLECG-USTG en vue de procéder à l’assainissement du fichier des fonctionnaires enseignants. Les économies réalisées après cet assainissement seront affectées sur le salaire de base sans aucune incidence financière et sans que cela ne traduise une augmentation de la masse salariale. Les modalités de répartition en seront décidées en commun accord avec les acteurs concernés. Le gouvernement mettra à la disposition de cette commission les ressources nécessaires pour la réalisation de cette opération>>

-Premier enjeu : la composition de la commission

La cohabitation gouvernement-USTG-SLECG ne sera pas si facile. Le sourire mimique qu’on a l’habitude de nous offrir devant les caméras ne sera pas toujours de mise. Ils (ces trois partenaires) sont à l’image d’un couple polygame où les épouses doutent de la fidélité de leur époux.

La société civile, les partenaires techniques et financiers et un cabinet indépendant devraient être impliqués dans cette opération très complexe.

-Deuxième enjeu : la date butoire (lundi 21 Janvier 2019)

Déjà, Aboubacar SOUMAH, Secrétaire Général du SLECG menace de lancer une autre grève au cas où la commission de recensement ne serait pas mise en place à la date indiquée.

-Troisième enjeu : la question d’impartialité

Comme nous le savons tous, ce protocole d’accord a été obtenu grâce à la détermination des enseignants syndiqués au SLECG malgré les menaces de radiation, les intimidations, les mutations et le gel des salaires.

Le SLECG a toujours été combattu par le Syndicat National de l’Education (SNE) et l’autre faction du SLECG dirigée par Madame Kadiatou BAH, puis, abandonné à mi-chemin par la Fédération Syndicale des Professionnels de l’éducation (FSPE).

Ces structures craignent déjà des <<représailles>> à leur égard et celui de leurs syndiqués et demandent leur implication dans l’opération d’assainissement du fichier. Le SLECG acceptera-t-il cela ? Nous le saurons davantage les jours à venir !

-Quatrième enjeu : la répartition des économies réalisées

Ce qui enchante de plus les enseignants grévistes, c’est l’affectation éventuelle des économies réalisées sur le salaire de base. Mais, les modalités de répartition des économies en question ne seront discutées qu’après l’obtention du butin dont on ignore encore la valeur.

Affaire à suivre de très près ! L’encre et des salives couleront à flot.

-Cinquième enjeu : les moyens d’opérationnalisation de la commission

Beaucoup ne le savent peut-être pas, mais, cette opération d’assainissement du fichier est une opération de grande envergure. Elle demande à la fois des moyens matériels, financiers et humains.

J’en doute très fort de la mise à disposition de ces moyens si tôt.

-Sixième enjeu : la corruption des agents de recensement

Les fictifs dont on parle sont l’œuvre de cadres véreux et influents de l’administration publique. Ces derniers sont prêts à tout pour influer le processus de recensement afin de sauver leurs têtes et sauvegarder leur image et leurs sources illégales de revenu. Quitte à donner de l’argent aux agents et/ou à leur promettre monts et merveilles contre le silence.

Partant de tout ce qui précède, il est aisé de comprendre que l’opération d’assainissement du fichier des fonctionnaires enseignants représente une véritable bombe à retardement à manier de façon très minutieuse.

Des précautions idoines s’avèrent donc nécessaires !

Aboubacar Mandela CAMARA

Sociologue/ Enseignant-Chercheur/Consultant en éducation /Activiste, Promoteur et Défenseur du droit à l’éducation

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : le nouveau représentant-résidant du PNUD reçu par Dr Mohamed Diané…

Le ministre d’Etat chargé des Affaires présidentielles et de la Défense nationale a reçu ce ...