Home / Actualité / Politique / La Guinée dans la zone de libre échange économique continentale : un choix mal opéré

La Guinée dans la zone de libre échange économique continentale : un choix mal opéré

C’est toujours beau de voir et d’entendre que les pays africains se mutualisent pour répondre, dit-on, aux besoins de leurs populations quand bien même l’on sait que les exigences du développement ne sont pas identiques. La Guinée vient d’entrer dans une zone de libre échange continentale qui lui offre une population de consommation estimée 1,2 milliard d’habitants. Cependant l’on peut s’interroger de ce que la Guinée pourrait ici tirer comme dividendes de cette intégration économique.

Cette interrogation est tout à fait légitime quand on connaît le patrimoine industriel guinéen et sa capacité de compétition. La Guinée dispose d’unités industrielles capables de fournir des produits susceptibles de compétir avec les autres industrielles de l’espace ? La Guinée ne saurait-elle pas ouverte à un marché où elle pourrait mettre en mal les entreprises guinéennes face à la compétition continentale ? Pourquoi des pays comme le Nigéria, l’Égypte et le Bénin se sont abstenus de parapher le document ?

Cette zone de libre échangisme pourrait avoir même des effets négatifs sur le budget guinéen dans lequel la douane y joue un rôle non négligeable.

En somme, il ressort de ce qui précède que si les dividendes de cette zone de libre échange continentale pourrait aider à renforcer politiquement l’intégration continentale et placer le Président de la République comme un panafricain, sur le plan économique, ce choix n’a malheureusement pas été bien préparé. Il s’agit tout simplement de savoir ce que la Guinée va proposer au reste du continent comme produits commerciables. Honnêtement, il ne voit pas.

Nos marchés risqueront d’être inondés par des produits étrangers et à des prix défiants toute concurrence. Car ici, les efforts du ministère du commerce dans la régulation des prix sont invisibles. Ce choix pourrait avoir des effets négatifs sur les entreprises guinéennes et le budget doit chercher à compléter le GAP qui résultera de cette coopération.

 

Fodé BALDE, Homme Politique Guinéen

LA GUINÉE D’ABORD

Ceci pourrait vous interesser

Conakry : les victimes Kaporo Rails, Kipé 2 et Dimesse mettent en garde la société téléphonique MTN-Guinée et autres

Sept mois après la destruction de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, le collectif des victimes ...