Home / Actualité / Politique / Journée internationale de la liberté de la presse : le ministre Amara Somparé annonce les couleurs…

Journée internationale de la liberté de la presse : le ministre Amara Somparé annonce les couleurs…

L’humanité a décidé de célébrer tous les 3 mai de chaque année, la journée internationale de la liberté de la presse. C’est l’occasion de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer son application à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias, et aussi rendre hommage aux professionnels de médias qui ont malheureusement perdu la vie dans l’exercice de leur fonction. La Guinée va célébrer donc cette 26ème journée sous le thème : « le rôle des médias dans la démocratie et les élections ».

C’est dans cet esprit, que le ministre de l’information et de la communication, Amara Somparé, a tenu un point de presse dans la soirée de ce mardi 30 avril 2019, quelques jours avant cette commémoration, pour annoncer les couleurs de l’évènement en Guinée.

Cette année, pour l’une des premières fois, le ministère en partenariat avec la haute autorité de la communication ainsi que les associations professionnelle de presse, a décidé d’organiser une série d’activités qui se dérouleront tout au long de la journée du 3 mai, pour marquer cet évènement.

Pour justifier la raison du choix de ce thème dans le monde, le ministre Somparé a soutenu que cela répond au contexte actuel de l’évolution de la situation sociopolitique de la Guinée.

« Le thème est important pour nous parce que nous allons vers des échéances électorales déterminantes pour l’histoire politique de notre pays, notamment le renouvellement de l’Assemblée Nationale, et éventuellement en 2020, les élections présidentielles. Les élections en Guinée malheureusement depuis 1991 que la guinée a fait le choix du multipartisme intégral, ont toujours été émaillées de beaucoup de tensions sociales, de beaucoup d’incidents, de manifestations, et ces derniers temps ont n’a pu constater d’ailleurs une monté en puissance de ses dérives par l’utilisation abusive des réseaux sociaux, par la dissémination de Fakenews, et par des interprétations parfois hasardeuses de certains professionnels de médias. Donc je pense que eu égard au contexte sociopolitique actuel, il est très important pour nous ministère de l’information et les partenaires qui nous accompagnes de se retrouver pour qu’ensemble, nous puissions évoquer ses problèmes autour de tables rondes, je pense où nous pouvons discuter à bâton rompu, pour prévenir les éventuels dérapages ou débordements qui pourraient arriver pendant cette période cruciale des échéances électorales » a soutenu le chef du département de l’information et de la communication.

Cette année, la 26ème célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse sera organisée conjointement par l’UNESCO, le Gouvernement, et la manifestation principale aura lieu au Gand Hôtel Sheraton de Conakry à partir du vendredi, 8h 30 et juste avant, les autorités du secteur vont procéder à l’inauguration de la nouvelle maison de la presse, qui est installée à Kipé.

« Et ensuite, nous inviterons tous les professionnels que vous êtes, à nous rejoindre à l’hôtel pour participer aux différentes activités notamment aux quelques tables rondes, une formation et éventuellement un atelier » annonce Amara Somparé.

Dans son rapport de 2019 sur la situation de la liberté de la presse, Reporter sans frontière (RSF)  a signalé que comme 2018, le pays que dirige Alpha Condé n’a pas connu de progression dans le monde en terme de liberté de la presse. Le classement de RSF de cette année, place la République de Guinée au 107ème rang mondial avec un score Global de +1,59, alors qu’il avait régressé de 3 points en 2018 en occupant la 104ème. Un rapport, que le ministre Somparé ne soutient nullement.

« Moi je pense que c’est ma conviction profonde que la liberté de la presse en Guinée est une réalité. On a connu d’énormes progrès ces dernières années, il suffit de voir le nombre de médias qui opèrent dans le paysage audiovisuel guinéen, il suffit de voir le nombre de site internet qui se crée tous les jours, il suffit de voir le ton qui est utilisé par certaines émissions politiques, sociales et interactives pour se rendre compte que quand même, la presse dans notre pays est assez libre. Mais cette liberté comme je n’ai jamais cessé de le rappeler, a pour corolaire un certain nombre de devoir et de responsabilité qui doivent être celle des journalistes » se défend Amara Somparé en présence d’un journaliste de Globalguine.info.

La commémoration du 3 mai de cette année, indique le ministre de l’information et de la communication, sera l’occasion de rappeler aux uns et aux autres quelles sont leurs responsabilités en matière de respect de la liberté de la presse dans un premier temps, au niveau des autorités, mais du côté des journalistes, quelles sont les limites que la déontologie et l’éthique de leur métier imposent aux prises de positions ou aux discours qu’ils peuvent tenir dans les médias.

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : le doyen Saikou Yaya Barry de la coordination Haali Pular a tiré sa révérence…

Nous venons de l’apprendre. Le doyen Saïkou Yaya Barry de la coordination Haali Pular, a tiré ...