Home / Actualité / Guinée : faut-il mettre la polygamie hors la loi ?

Guinée : faut-il mettre la polygamie hors la loi ?

Le débat est relancé depuis le vote le 29 décembre par les députés guinéens d’une révision du Code civil de 1968. Elle prévoit de lever l’interdiction de la polygamie qui n’a pourtant jamais été appliquée dans les faits. Les féministes en appellent au président guinéen Alpha Condé et à la Constitution.

Avant l’heure de la prière, moment de détente pour Bangaly CISSÉ, l’imam du quartier, devant sa maison, entre hommes. Ses deux femmes sont parties tôt ce matin travailler dans les champs. En tant qu’époux polygame, il se veut exemplaire.

Le père polygame doit éviter les péchés, parce que tu es le mari de toutes tes épouses et elles ont toutes les mêmes droits, alors tu dois être équitable.

Bangaly CISSÉ, imam de la mosquée de Kipé Dadya

Selon cette conception religieuse de la polygamie, le mari peut épouser jusqu’à quatre femmes. Mohamed Aly Soumah en a trois. Lui tient une boutique alimentaire, elles vendent sur le marché. Son foyer, il n’y voit que des avantages.

Un homme qui a une femme est un prisonnier… Mais si tu en as deux ou trois, si une ne te regarde pas, tu vas voir de l’autre côté, donc là tu es à l’aise… (Mohamed Aly Soumah, commerçant )

Le paradoxe, la polygamie en Guinée est interdite depuis 1968. Une loi jamais appliquée face au poids de la religion musulmane et avant elle de la tradition qui n’impose pas de limite. Alors les députés sont revenus en arrière mais se défendent de tout conservatisme.

Cette loi n’autorise pas plus la polygamie que l’ancienne ne l’a freiné non plus…

 Je crois que le législateur de cette année a eu bcp plus de courage pour dire écouter si une loi ne peut pas s’appliquer, faisons là optionnelle… Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire RPG-Arc-en-ciel

Polygamie ou monogamie, c’est au choix. Mais le vote fait polémique. L’ensemble des 26 femmes députés l’ont boycotté. Les féministes du Collectif #PasSansElles dénoncent des dispositions inconstitutionnelles.

Ces articles introduisent une inégalité en matière de droit dans l’institution qu’est le mariage… C’est un recul pour les droits des femmes en Guinée. (Maïmouna Diakhaby, Collectif #PasSansElle )

Un appel entendu par le président Alpha Condé qui demande une majorité des 2/3 des 114 députés en seconde lecture avant de promulguer la loi. Et si nécessaire, les féministes en Guinée comptent saisir le Cour Constitutionnelle.

Avec TV5.org

Ceci pourrait vous interesser

AC Milan-Inter, un derby sous le signe de la lutte contre le racisme

Après les récents incidents à caractère raciste qui ont entaché le football en Italie et ...