Home / Actualité / Politique / Guinée : 2001, cette année à laquelle se déroula le coup de force constitutionnel de Lansana Conté et ses poulains

Guinée : 2001, cette année à laquelle se déroula le coup de force constitutionnel de Lansana Conté et ses poulains

2001-2019, cela fait pratiquement 18 ans, jour pour jour depuis que s’est déroulé le fameux coup de force constitutionnel de la deuxième république, conduite par le général Lansana Conté, président d’alors. Il y a donc plusieurs années depuis que des guinéens ont vécu une autre forme de tripatouillage de la constitution. Dans les colonnes de Rfi.fr, on retrouve encore les archives de cette époque, dont Globalguinee.info a jugé nécessaire de mettre à la disposition de ses lecteurs un article du media français qui date du 9 novembre 2001. Cette année-là, malgré les dénonciations de la classe politique d’opposition d’alors, le projet était bel et bien passé, en dépité de tout. Le coup de force constitutionnel avait abouti à la suppression de la limitation à deux, les mandats présidentiels tout en allongeant la durée de 5 à 7 ans. En 2019, 1 an et demi avant la fin du mandat de l’actuel dirigeant du pays, Alpha Condé, les guinéens revivent le même scénario. Alpha Condé, opposant au temps de Lansana Conté, était face à un gouvernement près à tout pour servir son maitre suprême, celui du trône, le militaire. Face au civil, appelé opposant historique, les renégats d’avant sont confrontés au même exercice de nos jours. Mais à quel prix ? Ci-dessous l’article de Rfi.fr…

 

Le coup de force constitutionnel de Lansana Conté

Malgré les protestations unanimes de l’opposition, le chef de l’Etat guinéen persiste et signe. Ce dimanche, les électeurs guinéens se prononcent sur une réforme constitutionnelle supprimant la limitation du nombre de mandats présidentiels. Le résultat est couru d’avance.

Alors que la majorité de ses homologues d’Afrique de l’Ouest cherche à offrir des gages de respect de la démocratie, Lansana Conté est en train, sans y mettre les formes, de se tailler un costume de président à vie. Dix-sept ans après le coup d’Etat qui le porta au pouvoir, le chef de l’Etat guinéen est décidé à ne pas raccrocher en 2003. Vainqueur contesté des deux premières élections pluralistes, de 1993 et 1998, il devait, en principe, se retirer, conformément à la constitution qu’il a lui-même fait voter en 1992, sur pression de l’opposition et des bailleurs de fonds. Mais à 67 ans, et malgré les rumeurs sur son état de santé, celui qui aime à se définir comme un paysan et un soldat, en a décidé autrement.

Les électeurs guinéens doivent se prononcer, ce dimanche, par référendum sur une réforme de la loi fondamentale qui supprime la limitation à deux mandats présidentiels et en allonge la durée de 5 à 7 ans. Au sein même du régime, on ne cache même pas que le résultat est acquis d’avance. «Le vote aura lieu à 200% en faveur du OUI !», confiait récemment un ministre à la presse guinéenne. Quant à Lansana Conté, comme aux plus beaux jours des partis uniques africains, il affirme avoir cédé à la pression de ses amis et de son peuple.

L’opposition appelle au boycott

Ulcérée, l’opposition, unie comme rarement dans le passé au sein du Mouvement contre le référendum et pour l’alternance démocratique (MORAD), se mobilise depuis plusieurs mois contre le projet gouvernemental. Le président de l’Assemblée nationale, le vétéran Boubacar Biro Diallo, en délicatesse avec le parti dirigeant, dont il fut l’un des membres fondateurs, s’est joint à la protestation, en évoquant un «coup d’Etat constitutionnel». Il en veut pour preuve le fait que le gouvernement n’a pas présenté son texte au Parlement avant de le soumettre au peuple, comme l’impose la constitution.

Ces deux dernières semaines, les principaux adversaires du régime ont mené campagne à travers le pays, appelant la population à boycotter le scrutin, au prix d’une violente répression, notamment à Kankan, dans l’Est, et à Conakry. En milieu de semaine, la capitale a également été le théâtre d’échauffourées entre les forces de l’ordre et des élèves et étudiants qui marchaient contre le référendum. Accusant les jeunes manifestants d’être des «mercenaires» à la solde de l’opposition, les autorités ont préféré fermer toutes les écoles de la ville jusqu’au 15 novembre. Dans ce climat de tension, les permanences de plusieurs partis d’opposition ont été perquisitionnées, le 8 novembre, selon les autorités parce qu’on y préparait «une guérilla urbaine».

Pour l’opposition, coutumière de ce genre de coup de main des forces de l’ordre, l’objectif est moins d’influer sur l’issue d’un scrutin, selon elle couru d’avance, que de faire entendre une voix dissidente. Sur ce plan, elle estime avoir atteint son but. «Nous ne nous battons pour le résultat, mais pour qu’on sache que les Guinéens ne sont pas d’accord», estime Mamadou Bâ, porte-parole du MORAD.

Le message est également passé auprès des bailleurs de fonds de la Guinée. Les ambassadeurs du G 7, le groupe des sept pays les plus industrialisés, dont la France, ont jugé utile d’aller rencontrer le chef de l’Etat, ce jeudi, pour lui faire part de leurs inquiétudes. Les Etats-Unis ont, pour leur part, indiqué qu’ils pourraient reconsidérer leur aide à Conakry. Mais il en faut plus pour faire plier un homme à la rigidité légendaire. Pour mémoire, en dépit de multiples pressions extérieures, Lansana Conté avait attendu plus de deux ans pour libérer son principal adversaire, le leader du Rassemblement du peuple de Guinée Alpha Condé, embastillé jusqu’au 18 mai dernier.

Ceci pourrait vous interesser

Dernière minute : l’Administrateur général de la radio Lynx Fm placé sous contrôle judiciaire…

La convocation du journaliste Aboubakr Diallo est loin de connaitre son épilogue. Ce lundi 19 ...