Home / Actualité / Economie / Grève à la BICIGUI : toujours pas d’issue, les négociations ouvertes à la Banque centrale

Grève à la BICIGUI : toujours pas d’issue, les négociations ouvertes à la Banque centrale

La grève des travailleurs de la BICIGUI s’est poursuivie ce mardi 23 avril 2019 encore. Au siège de l’institution bancaire qui se situe à Matam, aucun employé ne s’est pointé. Dans la matinée, toutes les portes étaient fermées et cadenassées, tout comme au niveau de l’agence de Bonfi.

Dans l’enceinte du parking, seulement deux véhicules étaient stationnés. Aux alentours, des vigiles assis confortablement pour observer les passants, pour faire passer du temps.

Courant notre passage, nous avons aperçu quelques clients de la banque venus retirer de l’argent, mais en vain. Ils ne trouveront personnes puisque les portes étant fermées. Les guichets électroniques ne fonctionnaient non plus.

Interrogés hors micro, ces clients ont fustigé l’attitude de la Banque. Ils dénoncent le fait que leur argent se trouve bloqué alors qu’ils ont des affaires urgentes à régler.

Au moment où ses clients se prononçaient, nous avons aussi aperçu le secrétaire général de la délégation syndicale de la BICIGUI. Abdoulaye Sow nous a confié que les négociations étaient en cours mais aucune solution n’aurait été trouvée pour l’heure. Il confie par ailleurs, qu’une rencontre est prévue dans la journée de ce mardi à la Banque Centrale, où il s’y rendait d’ailleurs avec ses collègues syndiqués.

Dans un  récent communiqué, la direction générale de la BICIGUI, avait affirmé que des avancées significatives avaient été enregistrées à l’issue des négociations ouvertes avec la délégation syndicale de l’institution bancaire.

D’après elle, 9 points de revendications ont été satisfaits sur les 13 contenus dans la plateforme revendicative des employés de cette banque.

Selon nos informations, cela devrait coûter à la BICIGUI, la bagatelle de plus de 5 milliards de francs guinéens. Ce que dément formellement le secrétaire général de la délégation syndicale par ailleurs premier général de l’Union Syndicale des travailleurs de Guinée (USTG).

La version d’Abdoulaye Sow contredit celle de la direction générale de la Banque.

Pour l’heure, l’on se demande jusqu’où iront les travailleurs de cette institution bancaire ? Vont-ils mettre fin à la grève déclenchée depuis le 17 avril dernier au sortir de cette imminente rencontre à la BCRG ? Attendons de voir !

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Tribune-Entre la constitution et les législatives, l’équation à résoudre du FNDC

Pour prédire des événements politiques, il ne suffit pas d’être intelligent, ou d’avoir des connaissances ...