Home / Actualité / Politique / G7 2019 : l’inégalité du genre croisée à Biarritz

G7 2019 : l’inégalité du genre croisée à Biarritz

Pendant trois jours, les grands dirigeants du monde se sont réunis à Biarritz (France) pour discuter des questions d’économie, environnement et de droits de l’homme sous le thème directeur « la lutte contre les inégalités ».

Avant cet évènement, des organisations de défense des droits des femmes se sont mobilisées pour faire entendre leur voix sur les inégalités entre les hommes et les femmes dans la vie socio-économique et culturelle et des maux que souffrent les filles et les femmes notamment les violences basées sur le genre, l’excision, le mariage des forcés et celui des enfants.

A la deuxième journée de cet événement très important, une féministe a déclaré sur Brut FR ceci « la thématique des inégalités est en train de devenir une coquille vide, juste un sujet d’annonce ».

Une coquille vide et un sujet d’annonce ? Moi ça ne m’étonne pas. À cet effet, je vous invite à faire avec moi un exercice que font les enfants de l’école primaire c’est-à-dire observation et analyse du sujet qui va nous permettre de comprendre la question d’inégalité entre les sexes n’était qu’une simple annonce pour faire taire les ONG de défense des droits de l’homme.

Ici, notre sujet va porter sur la traditionnelle photo de famille prise par les dirigeants suite au lancement des activités du G7 2019.

Observation du sujet

Sur la photo de famille, il y a 24 personnes soit 23 hommes de sexe masculin et une femme dont Angela Merkel, Chancelière fédérale de l’Allemagne ; Justin Trudeau, Premier ministre Canada ; Emmanuel Macron, Président de la République France ; Giuseppe Conte, Président du Conseil de l’Italie ; Shinzō Abe,Premier ministre du Japon ; Boris Johnson, Premier ministre du Royaume-Uni Royaume-Uni ; Donald Trump, Président des États-Unis États-Unis ; Scott Morrison, Premier ministre de l’Australie Australie ; Pedro Sánchez, Premier ministre de l’Espagne Espagne ; Sebastián Piñera, Président du Chili ; Narendra Modi,  Premier ministre de l’Inde Inde ; Cyril Ramaphosa, Président d’Afrique du Sud Afrique ; Abdel Fattah al-Sissi, Président de l’Égypte ; Paul Kagame, Président du Rwanda ; Roch Marc Christian Kaboré,  Président du Burkina Faso ; Macky Sall, Président du Sénégal ; José Ángel Gurría,  Secrétaire général OCDE ; António Guterres, Secrétaire général des Nations ; David Malpass, Président Groupe de la Banque mondiale ; Moussa Faki, Président de l’Union africaine ; Akinwumi Adesina, Président Banque africaine de développement ; David Lipton, Premier directeur général adjoint Fonds monétaire international ; Roberto Azevêdo, Directeur général Organisation mondiale du commerce

Analyse du sujet

Sans gêne, on pourrait passer sans apercevoir une situation défavorisant les femmes et contraire aux discours sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Un homme avait une fois dit, je cite « la paix n’est pas un mot, mais un comportement ». L’égalité entre les hommes et les femmes ne doit pas être aux lèvres ou dans nos écrits quotidiens, mais doit être dans la manifestation de notre comportement et nos habitudes c’est-à-dire visible à l’œil nu.

Après notre observation sur la photo, on constate qu’il n’y a qu’une seule, je dis bien une seule femme parmi les 23 messieurs. Angela Merkel et ces 23 messieurs ont discuté sur l’égalité du genre qui inclut le respect des droits des femmes sur toutes les formes.

Vraisemblablement, ça ne devrait pas étonner les organisations de défense des droits des femmes que le sujet d’égalité des sexes allait être un sujet secondaire et non un sujet de première ligne en ce sens que les personnes qui devaient parler d’égalité entre les sexes n’ont même pas puis respecter la première règle à savoir le respect du genre. À côté de cette inégalité, d’autres peuvent dire que certains de ces hommes sont des féministes (personnes qui défendent les droits des femmes). Féministes ! Oui, mais, ils sont très limités à connaître le véritable problème d’une femme en matière de viol, d’excision, violences conjugales… C’est sorcier qui connait son ami sorcier, adage africain.

Par Cécé Honomo

Infographe, Blogueur, Expert en Droit des Affaires

Ceci pourrait vous interesser

Cellou Dalein adresse ses condoléances à la famille de Kadè Diawara…

Décédé vendredi dernier des suites de maladie à l’hôpital Ignace Deen, la chanteuse Hadja Kadè ...