Home / Actualité / Echos de nos régions / Crise sociopolitique en Guinée : Alpha Condé se tourne de nouveau vers ses opposants…

Crise sociopolitique en Guinée : Alpha Condé se tourne de nouveau vers ses opposants…

Alors que les manifestations appelées par le Front national pour la défense de la constitution ont coûté la vie à quatre guinéens dont trois civils et un gendarme ce lundi sur l’ensemble du territoire national, le président Alpha Condé se tourne finalement vers ses opposants. Alpha Condé tend la main aux opposants de son régime hostiles au projet de nouvelle constitution.

Ce dimanche, selon un communiqué de la présidence de la République, Alpha Condé a tenu une réunion d’urgence au palais présidentiel pour évoquer la situation sociopolitique qui prévaut au pays.

Le président Alpha Condé apprend-t-on, aurait réitéré son appel au dialogue responsable et à la concertation permanente pour aplanir toutes les divergences et relever tous les défis qui se posent au pays. Le locataire du Palais Sékhoutouréya a instruit à son Premier ministre d’ouvrir de larges consultations sur tous les sujets de préoccupation nationale sans limites, ni tabous.

Alpha Condé demande la reprise du comité de suivi…

D’après ce communiqué, le chef de l’Etat a également instruit la reprise des sessions du comité de suivi afin de plancher sur le processus de parachèvement des élections locales et communautaires. Le comité de suivi devra examiner aussi le calendrier électoral, en particulier, des élections législatives, pour créer les conditions d’élections inclusives, ouvertes à tous et avec la participation de tous.

Sékhoutouréya pourrait ordonner la levée d’interdiction des manifestations

C’est la partie essentielle de la rencontre que rapporte le communiqué du bureau de presse de la présidence de la République.

 »Le Président de la République, a insisté sur le libre exercice des Droits et des Libertés reconnus à tous les citoyens , comme le droit de manifester, rappelant l’information et l’implication des autorités concernées pour qu’en accord avec les organisateurs, un itinéraire soit défini, des mesures de sécurité appropriées soient prises pour encadrer les manifestations, sécuriser les manifestants, afin d’éviter aussi tout débordement, tout acte de violence, toute atteinte aux droits et à la liberté d’autrui » annonce ledit communiqué.

Le Président de la République, en appelle, une nouvelle fois, au sens de la responsabilité de chacun et de tous, à l’esprit civique et patriotique de tous les acteurs de la vie nationale pour préserver tous les acquis de nombreuses années de sacrifices, dans le respect des institutions et des lois de la République.

 »Il invite toutes les composantes de la nation à se mobiliser et s’unir pour maintenir le climat de paix et de sécurité qui règne si heureusement en Guinée dans un monde en proie à l’instabilité et aux conflits de tous genres », indique ledit communiqué.

Ce 14 octobre 2019, sans doute un lundi sombre pour ne pas dire noir, à l’appel du FNDC, les guinéens sont massivement sortis dans les rues pour s’opposer au projet de changement constitutionnel.

Des affrontement ont été signalés dans plusieurs quartiers de la Capitale guinéenne. Les activités au centre administratif de Kaloum ont été quasiment paralysées. Plusieurs Points d’appui (PA) des unités d’intervention de la police ont été aussi saccagés. A l’intérieur du pays, l’appel a été aussi observé dans les régions De Moyenne Guinée, Basse Guinée. En forêt et en Haute Guinée, l’appel n’a pas tellement prospéré. Mais tout de même, les villes sont restées paralysées.

Pendant ce temps, le commerce est resté au ralenti Conakry notamment à Madina, le poumon économique du pays. Les magasins des communes de Ratoma, Matam, Dixinn, et Matoto sont restés fermés.

La question qu’on se pose: l’appel du président Condé aura-t-il un écho favorable ?

À suivre…

Globalguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Viols de casques bleus en RCA: l’ONU pointe les dysfonctionnements de l’enquête

C’est un rebondissement dans l’affaire des violences sexuelles commises en République de Centrafrique par des ...