Home / Société / Célébration des 35 ans de la disparition de Sékou Touré : ses proches se retrouvent autour d’une cérémonie religieuse

Célébration des 35 ans de la disparition de Sékou Touré : ses proches se retrouvent autour d’une cérémonie religieuse

26 mars 1984-26 mars 2019, cela fait 35 ans depuis la disparition du Premier Président guinéen, feu Ahmed Sékou Touré. Ce mardi, la famille biologique, idéologique et politique du père de l’indépendance de la République de Guinée a rendu un vibrant hommage à l’homme et profité de l’occasion pour rappeler au peuple de Guinée le noble combat qu’il a mené pour la cause de la liberté acquise en 1958.

« Ahmed Sékou Touré était un africain avant tout, qui a su mesuré le sens du devoir de la responsabilité et du bien-être des êtres humains. Pour lui, le pays n’existe pas, le continent non plus. C’est plutôt l’humanité qui fut sa préoccupation et son inspiration » s’est exprimé Mangai Fodé Camara, secrétaire administratif du PDG-RDA.

C’est à travers une lecture du saint coran que les proches de Sékou Touré ont célébré la disparition de l’ancien dirigeant guinéen. La mairesse de la commune, fille de Sékou Touré était présente à ces festivités. Aminata Touré a quant à elle,  d’abord rendu un hommage à son père avant de rappeler les valeurs qu’il a défendu en quelques lignes.

« Le président Ahmed Touré c’est mon père. C’est surtout une personne qui disait la vérité et qui pratiquait la vérité. Il a dit à tout le monde que entre l’être et l’avoir, il a choisi l’être. La chose la plus importante pour lui c’était la dignité de l’homme noir. Il s’est battu avec les autres, avec tous ses compagnons (Elhadj Saïfoulaye Diallo, Hadja M’ma Fori Bangoura etc) et surtout pour l’émancipation de l’homme noir et l’émancipation de la femme guinéenne » estime dame Touré.

Le Gouvernement a aussi déployé une forte délégation à la grande mosquée Fayçal. Cette délégation était composée de la ministre de l’action sociale, Mariame Camara et le secrétaire général des affaires religieuses Aly Jamal Bangoura. Côté institution, on note la présence du Médiateur de la République.

Après la lecture du Saint Coran, la délégation gouvernementale et la famille biologique, idéologique et politique du père de l’indépendance, se sont rendues au mausolée de Camayenne pour effectuer des prières sur la tombe du feu président.

Fatoumata Binta DIALLO

Pour Globalguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Tribune-Dur dur d’être maire issu de l’opposition sous le règne d’Alpha Condé

Comme l’écrivait Tocqueville dans son ouvrage « De la démocratie en Amérique » publié en ...