Home / Sport / Can 2023 ou 2025 : le ministre Bantama Sow promet que la Guinée sera au rendez-vous…

Can 2023 ou 2025 : le ministre Bantama Sow promet que la Guinée sera au rendez-vous…

Alors que l’organisation de la CAN 2019 a été retirée au Cameroun par la confédération Africaine de Football, les spéculations vont bon train quant à l’ambition de la Guinée d’abriter cette compétition footballistique panafricaine en 2023. En réponse aux propos tenus par le vice-président de cette instance du foot africain sur les ondes d’un média français, le Gouvernement guinéen par la voix de son ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique est sorti de son mutisme. Sanoussy Bantama Sow de passage ce mercredi à l’Assemblée Nationale, pour présenter le budget de son département au compte de l’année 2019, a apporté des démentis cinglants aux propos de Constant Omari.

 

Revenant sur les circonstances dans lesquelles la Guinée a présenté sa candidature pour l’organisation de la CAN 2023, Sanoussi Bantama Sow étale devant les élus du peuple que son pays s’était tout d’abord présenté pour celle de 2019 et 2021 sans suite favorable. A la confédération Africaine de Football qui a émis des réserves sur la candidature de la Guinée, le ministre rappel tout simplement que « les membres du comité exécutif de la CAF ont unanimement dit qu’en tenant compte du passé élogieux de la Guinée dans le domaine du Football sur le continent, nous donnons l’organisation de la CAN 2023 à la Guinée. Le Président actuel de la CAF était membre du comité exécutif », ajoutant ensuite ceci : « Quand j’entends des gens dire que la Guinée n’a pas de dossiers c’est une honte parce que c’est cinq ministres du gouvernement qui ont déposé le dossier de la Guinée à la CAF. Malheureusement la Guinée n’a pas été retenue ni pour 2019 ni pour 2021 ».

 

Le 20 septembre 2014, martèle Bantama Sow, contrairement à ce qui a été dit par le vice-président de la CAF, l’instance dirigeante du Football africain sous l’ère d’Issa Hayatou dans les temps,  avait accordé l’organisation de la CAN 2023 à la Guinée. Pourtant, Ahmad Ahmad lors d’une interview relayer par Rfi.fr, n’avait pas voulu se prononcer sur le cas guinéens.

« Je ne veux même pas parler du cas guinéen, pour le moment… Laissez-moi tout d’abord gérer les deux autres. Après, on verra. D’abord, il faut faire glisser les deux autres CAN. Je suis sûr qu’on va y arriver. Je suis persuadé du fait que les grands responsables ivoiriens vont écouter leurs compatriotes qui gèrent la préparation de la CAN. Ils vont se rendre compte que c’est la CAF qui avait raison » coupait-il court.

 

« Ce qui reste clair aujourd’hui, la Guinée n’a pas reçu une notification écrite. La CAF a dit qu’elle va passer par voie de glissement. Le Cameroun organise la CAN en 2021, la Côte d’Ivoire en 2023, la Guinée en 2025 (…). Nous nous battrons réellement pour que la Guinée ne rate pas cette fête. Que ce soit en 2023 ou en 2025, nous ferons tout pour que cette fête ait lieu en Guinée. L’organisation de la CAN est un vaste programme de Développement », a promis l’actuel patron du département des sports, de la culture et du patrimoine historique.

 

Le retard du Cameroun dans la réalisation des infrastructures et la situation sécuritaire du Cameroun a poussé la CAF a retiré l’organisation de cette compétition au pays. Pour Bantama Sow, la réalisation d’infrastructure reste et demeure une priorité dans le programme de développement de la Guinée.

« Nous devons nécessairement réaliser des infrastructures sportives dans notre pays. Si la CAF fait appel chaque fois au Maroc ou à l’Afrique du Sud, c’est parce qu’ils ont des infrastructures. Qu’est-ce qui peut nous empêcher aussi d’avoir des infrastructures comme ces pays ? Nous disons que quelque soit le résultat du 9 janvier à Dakar, la Guinée doit obligatoirement continuer son chemin pour la réalisation des infrastructures », a-t-il tenu à préciser devant un parterre de journalistes.

A suivre…

Alpha Madiou BAH

(+224) 656 144 975

Ceci pourrait vous interesser

Guinée: Bah Oury sera à la tête d’un parti pour la présidentielle de 2020

« Les petits combats c’est derrière moi. Je tourne la page définitivement. Je ne vais pas ...