Home / Sport / CAN 2019 : la Guinée peut-elle créer la surprise ? (Bernard Leno)

CAN 2019 : la Guinée peut-elle créer la surprise ? (Bernard Leno)

Quart de finaliste en 2015 en Guinée Equatoriale et malgré ses trois défaites lors de ses trois derniers matchs de préparation pour cette édition égyptienne, le Syli National de Guinée sera l’une des équipes à prendre au sérieux dans le pays des pharaons. La Guinée nourrit de grandes ambitions après avoir terminé première de la poule H devant la Côte d’Ivoire en éliminatoires.

Depuis la dernière journée des éliminatoires, la 32ème édition de la CAN 2019 qui ouvre ses portes et fenêtres ce vendredi 21 juin a affiché ses favoris, outsiders et probables surprises. L’équipe nationale de Guinée est bien dans cette catégorie de sélections capables de frapper un grand coup à la surprise générale. Le Syli a connu des moments glorieux ces dernières années, comme les quarts de finale en 2015 à l’issue d’un tirage inédit contre son voisin du Mali. A l’époque, les deux équipes comptabilisaient le même nombre de point et la même différence de buts après les matchs de groupe. Puis des moments sombres comme cette non-participation à l’édition 2017 au Gabon. Mais après avoir signé une belle campagne lors des éliminatoires, en signant zéro défaite et en allant s’imposer 3-1 en terre ivoirienne lors de la toute première journée, les hommes de Paul Put ont prouvé qu’ils ont des arguments pour inquiéter les grands du continent et veulent bien marquer leur retour au plan.

Avec un effectif de qualité mené par certains joueurs cadres évoluant au haut niveau en Europe (Naby Kéita champion d’Europe avec Liverpool, Amadou Diawara qui est sur une troisième saison d’affilée en série A avec Naples, François Kamano et ses 10 buts cette saison en Ligue 1, Simon Falette demi-finaliste avec Francfort en Europa League, ou encore le capitaine Ibrahima Traoré (Gladbach) sont autant d’atouts qui placent la Guinée comme potentielle surprise en Egypte.

En héritant d’un B composé du Nigéria, Madagascar et du Burundi, la Guinée peut espérer tirer son épingle du jeu à l’issue du premier tour. Avec l’avantage de pouvoir compter sur l’expérience d’un coach qui n’a plus assez à prouver sur le continent africain, l’effectif du Syli a du mordant pour se permettre un parcours semblable à celui des Etalons du Burkina Faso finaliste en 2013 avec le belge.

Pour cela, les coéquipiers de Naby Kéita doivent réussir leur entrée en matière ce samedi 22 juin contre le Madagascar à Alexandrie. Une victoire ne pourra que renforcer un état d’esprit qui se veut serein en dépit des faux pas constatés lors de la préparation.

Bon match les gars !

Bernard Leno

Ceci pourrait vous interesser

Décès de Kerfala Kanté : le symposium initialement prévu au musée national, ramené au CCFG

L’artiste guinéen, Kerfalla Kanté, qui a tiré sa révérence dans la nuit du jeudi à ...