Home / Actualité / Echos de nos régions / Bantama Sow jure : « Je combattrai tout malinké, soussou, peulh ou forestier…»

Bantama Sow jure : « Je combattrai tout malinké, soussou, peulh ou forestier…»

Très influent dans les rangs de la mouvance présidentielle, le ministre des sports, de la culture et du patrimoine historique, a lancé samedi un message fort à l’endroit des promoteurs du régionalisme et de l’éthnocentrisme en Guinée.

C’etait lors de l’assemblée générale du RPG arc-en-ciel (parti au pouvoir depuis 2010). À cette occasion, Bantama Sow, connu pour son langage de vérité, a publiquement affiché son opposition à toute forme de division entre les guinéens.

« Je suis un garant de l’unité nationale et je suis contre l’ethnocentrisme. Je combattrai tout malinké, soussou, peulh ou forestier qui ira sur le chemin de l’ethnocentrisme (…)», s’est insurgé ce cadre influent du parti présidentiel.

Pour mieux faire passer son message, le ministre Bantama Sow s’est adressé à Elhadj Sékhouna Soumah, le Kountigui de la Basse Guinée. Le chef du département des sports, de la culture et du patrimoine historique, qui se dit garant de l’unité nationale, a dit ses mille vérités au chef coutumier, qui pour rappel, a tenu des propos déplacés qui pourraient atteindre l’unité nationale.

« Je lance un appel à tous les sages de Guinée de dire à ces soi-disant sages d’arrêter les propos ethniques, les propos qui peuvent pousser à la guerre civile en Guinée. El hadj Sèkhouna doit arrêter. Je le demande respectueusement d’arrêter, trop c’est trop. S’il n’arrête pas, à la semaine prochaine, je prend aussi la responsabilité d’ouvrir un dossier », a averti Bantama Sow avant d’enfoncer le clou.

« Sèkhouna dit à la face du monde que le jour où les gens apprendront que les soussous et les peuls se sont donnés la main, les autres auront peur. Quels sont ces autres ? Donc, je demande aux cadres de la Basse côte de dire à El hadj Sèkhouna qu’il arrête. Respectueusement, le parti ne veut pas parler de lui, on ne veut pas l’attaquer. Mais, un moment arrivera, nous auront la responsabilité historique de dire qu’il a été le président des présidents en Guinée. Nous auront la responsabilité historique de rappeler comment il est venu », a enchaîné le patron du département des sports, de la culture et du patrimoine historique.

À suivre…

Globalguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Viols de casques bleus en RCA: l’ONU pointe les dysfonctionnements de l’enquête

C’est un rebondissement dans l’affaire des violences sexuelles commises en République de Centrafrique par des ...