Home / Actualité / Echos de nos régions / Alpha Condé accuse Sidya Touré : « Qui a pris la concession de l’orchestre pour faire sa maison ? »

Alpha Condé accuse Sidya Touré : « Qui a pris la concession de l’orchestre pour faire sa maison ? »

En meeting à Faranah et à Kissidougou jeudi, pour vulgariser son projet de Nouvelle Constitution, et battre campagne dans le cadre de la tenue des législatives couplées du référendum, le président de la République a mis en garde les opposants qui menacent d’empêcher, le 1er mars prochain, la tenue de ses scrutins.

Alpha Condé qui a d’abord tenu un discours fracassant, invitant ses partisans de frapper ceux qui voudront saccager les urnes le jour du vote, a aussi tancé ses opposants.

Devant une foule acquise à sa cause, le dirigent guinéen, a magnifié selon lui, les mérites de la Nouvelle Constitution.  D’après Alpha Condé, la nouvelle constitution est d’abord faite pour les femmes. Car, dira-t-il, elle proclame la parité entre homme et femme.

« Ensuite, elle interdit l’excision, le mariage des filles avant 18 ans etc. Nous voulons protéger nos femmes. Nous voulons qu’elles aient les mêmes droits que les hommes. Nous ne voulons plus qu’elles soient données en mariage avant 18 ans. Parce que ça les empêchent de partir à l’école, ça les déforme », a-t-il déclaré.

S’adressant aux jeunes de Kissidougou, le locataire du Palais Sékhoutouréya a annoncé des fours conteneurs et des marchandises de confection de brique. La constitution, ajoute le président Condé, crée un fond pour la jeunesse. Ce fond va servir à l’emploi jeune.

« En plus, un jeune peut être député à 18 ans car quand vous prenez 10 guinéens, 7 ont moins de 30 ans. Mais nous voulons aussi mettre cette jeunesse au travail. Vous venez de recevoir une boulangerie conteneurs. Il y a des jeunes qui vont s’organiser pour diriger cette boulangerie qui peut faire 4000 pains par jour. En dehors de cela, nous allons envoyer d’autres machines pour faire des jus de fruits pour développer l’emploi des jeunes. Nous avons travaillé mais le gros du travail reste à faire et nous allons le faire. Parce que quand je suis venu, la Guinée était dans un trou. Mais aujourd’hui la Guinée va de l’avant. Kissidougou, Guéckédou jusqu’à Macenta, vous avez l’uranium, la platine et le cuivre mais on ne connaît pas la quantité. Donc Kissidougou n’aura rien à envier à Boké qui a la bauxite puisque bientôt ces exploitations vont commencer, vous aurez du travail. Ensuite, vous êtes une région de grande production. C’est pourquoi vous avez le projet qui va bientôt commencer qui est l’aménagement des bas-fonds de Kissidougou et de Guéckédou. Avec l’aménagement, les tracteurs, le tronçonneuses et les rizeries, on n’importera plus le riz, mais on deviendra exportateur. Vous voulez qu’on vous donne l’ancien camp pour faire un marché. Alors j’ai posé la question mais je n’ai pas eu la réponse. Est-ce qu’il ya de l’argile à Kissidougou ? S’il ya de l’argile à Kissidougou, je vous envoie la machine qui construit non seulement le marché mais on va construire les magasins pour les hommes et les femmes. Nous avons déjà 37 machines qui sont arrivées. Il ya 7 qui font 2000 briques par jours. 10 font 5000 briques, et 17 font 109 briques mais c’est le jeu de béton. C’est-dire on mélange l’argile avec le ciment. Mais ça permet de faire des maisons aussi solides que le ciment mais moins chers » confie le chef de l’Etat, qui indique par ailleurs que la constitution prévoit en dehors de l’ANAFIC, un fond pour la jeunesse.

« Un fond qui va servir au développement de la jeunesse. La constitution prévoit aussi les handicapés, la protection des personnes âgées. Tout ça c’est dans la nouvelle constitution. Donc, l’argent du pays désormais, la constitution prévoit comment cet argent va être géré. Quel que soit le président qui viendra dans 20, 30 ans, il sera obligé d’appliquer cela au lieu de  faire ce que les gens faisaient avant, ils volaient l’argent de l’état se construire des maisons à Conakry, à Paris, on les connait ceux qui s’agitent aujourd’hui », argue-t-il devant les militants du parti qu’il dirige.

Et vinrent les piques à ses opposants…

Principalement, cette fois, c’est l’ancien Premier ministre Sidya Touré qui était dans le collimateur du Président de la République. Alpha Condé accuse le leader de l’Union des Forces Républicaines, son ancien Haut Représentant, d’avoir vendu un bien de l’Etat.

«  Fodé Bangoura a été un secrétaire très puissant. Il ne s’est pas vendu un bien de l’Etat. Kassory Fofana a été un ministre de finance tout puissant. Il ne s’est pas vendu un bien de l’Etat. Qui s’est vendu un bien de l’Etat ? Qui a pris la concession de l’orchestre pour faire sa maison ? Sidya Touré.  Alors que nous ont fait la promotion de la culture, eux, ils écrasent la culture en les chassant là où ils sont pour construire leurs maisons. Voilà des gens qui veulent nous parler de l’avenir de la Guinée » accuse le président Condé, qui prévient que le train de la Guinée a démarré. Personne ni à l’intérieur, ni à l’extérieur ne pourra arrêter ce train, jure-t-il.

« Moi je n’ai peur que de Dieu. Je n’ai peur de personne à l’intérieur et à l’extérieur. Donc on fera ce que le peuple de Dieu veut. Certains s’étonnent que je puisse marcher et laisser Papa Koly et le gouverneur derrière, alors que je suis plus âgé qu’eux. Pourquoi ? Parce que j’ai ma main dans la main de Dieu, je ne vais pas vieillir, je ne vais pas tomber malade », a lancé Alpha Condé, qui est soupçonné par l’opposition de vouloir changer la constitution pour se maintenir au pouvoir, alors qu’il détient à son compteur de vie, 81 ans.

A suivre…

Moustapha CONDE

Ceci pourrait vous interesser

Coronavirus: le monde court après les masques

Faut-il systématiquement se couvrir le visage pour lutter contre le Covid-19 ? Dans de nombreux pays, ...