Home / Actualité / Politique / Alpha Condé à ses ministres : « un gouvernement doit orienter l’opinion…»

Alpha Condé à ses ministres : « un gouvernement doit orienter l’opinion…»

Le chef de l’Etat Alpha Condé s’est adressé avec fermeté de nouveaux à ses ministres ce mercredi 17 avril 2019. Le président de la République qui a procédé au lancement de la troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen au palais du peuple, devant plusieurs membres du gouvernement, représentants d’institutions nationales et internationales, et du corps diplomatique, a rappelé ses lieutenants à l’ordre.

D’abord, Alpha Condé met l’accent sur la nécessité de promouvoir le secteur de l’élevage, qui, à ses yeux, est un domaine pourvoyeur d’emploi, et de croissance économique. Il dit avoir d’ailleurs échangé avec un de ses ministres d’Etat sur la question.

« Je disais hier à un ministre d’Etat du Foutah. Mais je vous ai demandé depuis trois ans d’expliquer aux paysans pourquoi ils doivent faire des enclos et nourrir les bœufs (…) Il m’a dit ah président c’est très difficile. J’ai dit non, il faut les expliquer. Faire des enclos ça coûte un peu plus chère, nourrir avec l’alimentation de bercail ça coûte un peu plus chère, mais ce qu’ils ne voient pas, c’est que son bœuf qui ne pesait que 200 kilos, va peser 500 kilos. Donc si vous prenez la différence entre 200 kilos de viande, et 500 kilos, le montant est largement supérieur. J’ai dit aussi, les gens suivent l’exemple. Mettez-vous, vous-même à faire de l’élevage. Si les grands ministres, les grands opérateurs,  se mettent à faire de l’élevage, à faire des enclos, les autres vont suivre. Parce qu’en général, les peuples imitent souvent leurs responsables. Alors donnez l’exemple. Je m’adresse à vous monsieur les ministres, et tous les grands hauts fonctionnaires (rire). » s’est exclamé le premier le locataire du Palais Sékhoutouréya.

Ensuite, Alpha Condé s’étale sur la question de l’enseignement guinéen, qui est à l’ordre du jour. Pour le président guinéen, il est désormais temps d’enseigner les langues nationales dès l’école primaire. Aussi, la pratique du sport en milieu scolaire, doit rentrer en vigueur, s’adresse-t-il à ses ministres, notamment ceux de l’enseignement supérieur, de la formation professionnelle, et de l’Education.

« Nous enseignons le français, mais ce n’est pas notre langue. Notre langue, c’est le malinké, le peulh, le sous et autres. Il faut qu’à côté du français, dès l’école primaire, on enseigne l’anglais pour que les guinéens de la nouvelle génération soient moyens défavorisés. On doit développer le sport dans toutes les écoles. Le ministre de l’enseignement professionnel, monsieur le ministre de l’Education, et l’Enseignement supérieur. On doit développer le sport, parce que le sport non seulement c’est bien d’étudier tu as ta forme, l’intelligence, mais il faut aussi que cette intelligence soit dans un corps saint » enchaine le dirigeant Condé.

Le secteur de l’Education a connu un coup dur depuis plusieurs années avec des grèves qui ont impactés le bon déroulement des cours. La grève du Syndicat des Enseignants et Chercheurs de Guinée a paralysé le système éducatif de 2016 à 2019. Alors qu’un recensement est en phase d’être finalisé au niveau du fichier des enseignants de la fonction publique, le SNEASURS annonce une grève à compter du vendredi 19 avril prochain. Pour Alpha Condé, il faut faire face à la réalité autrement en reconnaissant les tristes faits.

« Il faut qu’on ait le courage de prendre à bras le corps le système éducatif sans avoir peur ni des étudiants, ni les enseignants, ni les syndicats, ni de personne. Mais faire ce qui est de l’intérêt de ce pays pour avoir une jeunesse à la hauteur demain (…) La formation des formateurs est un problème fondamental. On doit avoir le courage de dire que ne pourrons enseigner que des gens qui sont sortis des écoles d’instituteur, des gens qui sont sortis des écoles professionnels. Il faut avoir ce courage. Un gouvernement n’est pas à la treille de l’opinion, il doit orienter l’opinion. Il ne doit pas avoir peur de l’opinion. Il faut qu’on dise la vérité, il y a beaucoup d’enseignants qui n’ont pas de niveau. Il faut que désormais les enseignants qui enseignent dans les écoles primaires soient des gens sortis des écoles des instituteurs. Même s’il y a la bagarre, même s’il y a les grèves, on le fera car on ne veut plus d’un enseignement au rabais » a-t-il averti avec un ton ferme.

Aujourd’hui, de nombreux jeunes deviennent riches via les startups. « Mais pourquoi notre jeunesse ne peut pas ? » s’interroge le chef de l’Etat qui rappel ceci.

« Moi j’ai été sidéré lors de la journée des paysans à Nzérékoré et lors de la journée de l’Elevage par les capacités d’innovations de nos jeunes. Le ministre des nouvelles technologies Diaby en connait quelque chose. Alors, ayons le courage d’affronter l’opinion, ne pas avoir peur. De ne pas penser qu’on va avoir peur de gagner les élections, mais pendant qu’on n’est là, faire en sorte qu’on amène ce pays pour être un des pays les plus performent de l’Afrique » se moque-t-il de ses poulains.

Alpha Madiou BAH

(+224) 621 861 269

Ceci pourrait vous interesser

Guinée : le doyen Saikou Yaya Barry de la coordination Haali Pular a tiré sa révérence…

Nous venons de l’apprendre. Le doyen Saïkou Yaya Barry de la coordination Haali Pular, a tiré ...