Home / Actualité / Echos de nos régions / Alpha Condé à Kankan : « Nous sommes un pays de paix, nous devons nous aimer… »

Alpha Condé à Kankan : « Nous sommes un pays de paix, nous devons nous aimer… »

Comme annoncé précédemment, le président Alpha Condé était ce samedi 23 novembre 2019, l’invité des populations de Kankan. Le chef de l’Etat, qui a été accueilli en grande pompe dans le Nabaya, s’est offert un bain de foule dans la ville, avant de rallier le stade préfectoral N’ballou Mady Diakité où il a tenu un discours caustique.

Le Président de la République, qui prenait part à un concert géant, finalement transformé à un meeting, a de nouveau attaqué ses opposants. Alpha Condé a aussi prêché l’union, la paix, et la solidarité entre les guinéens. Des annonces, le locataire du Palais Sékhoutouréya en a fait à Kankan, la deuxième ville du pays.

Invité à prononcer un discours allant dans le sens du référendum, par le porte-parole de la Coalition Démocratique pour la Nouvelle Constitution (CODENOC), la représentante des femmes de la région, ainsi que celui des jeunes, Alpha Condé a été prudent. Il a tout de même demandé à ses partisans de se faire enrôler pour aller voter.

Ce que le peuple veut, c’est ce que Dieu veut

Tous ceux qui parlent, en 2011, qu’est-ce que nous avons trouvé ? La Guinée était dans le trou. Sous Sékou Touré, on nous appelait République de Guinée, Mais la Guinée avait tellement disparu qu’on disait Guinée-Conakry, Guinée-Bissau, Guinée-équatorial. Aujourd’hui, de nouveau, on dit, République de Guinée. Parce que aujourd’hui, la Guinée est respectée, cela ne plait pas à tout le monde. Mais le train de la Guinée a avancé. Il n’est du pouvoir de personne, ni sur terre, ni sur mer, de l’arrêter. Car notre avenir dépend seulement de Dieu. En dehors de Dieu, personne d’autre ne peut dire à la Guinée allez à gauche allez à droite. Nous irons là où le peuple veut qu’on aille. Ce que le peuple veut, c’est ce que Dieu veut.

Alpha Condé attaque de nouveau ses opposants…

Laissons les gens casser, s’agiter, ils ne savent que dire non, ils n’ont pas de programme. Ils ne savent pas comment vivent les paysans, comment vivent les femmes, comment vivent les jeunes. Pendant qu’ils mettent les enfants des autres dans la rue, leurs enfants sont en France et aux Etats-Unis. Voilà la réalité. Mais à vaincre l’emploi jeunes, les jeunes vont commencer à prendre conscience. Ils ne seront plus manipulés par les gens qui leur donne de la drogue, qui leur rende presque fous pour faire du n’importe quoi. S’il plait à Dieu, l’Afrique sera fière de la jeunesse guinéenne, je vous le promets.

Le crachat d’un crapaud ne peut pas entacher la blancheur d’une colombe

Bien sûr nous avons eu la gloire du Syli national au Hafia. Aujourd’hui, nous ne sommes plus à cette époque. Mais je vous garantis, que nous dépasserons le Hafia et le Syli, car nous allons construire des stades partout avant la coupe d’Afrique des nations, la Guinée aura l’une des meilleures équipes nationales. Non seulement nous allons rattraper notre passé, mais nous allons la dépasser. Voilà l’avenir vers lequel nous sommes tournés. Alors, laissons les cabris s’agiter, sauter. Je vous ai dit. Le crachat d’un crapaud ne peut pas entacher la blancheur d’une colombe. Donc laissons-les s’agiter. Laissons-les croire que l’avenir de la Guinée se discute sur la planète Mars ou je ne sais où. L’avenir de la Guinée se discute en Guinée, par le peuple de Guinée, comme nous l’avons fait en 1958. Voilà la Guinée fière, solidaire, confiance en elle-même, n’ayant peur de rien sauf de Dieu, car unis, nous sommes capables d’aller loin. C’est pourquoi, je vous demande d’être unis, d’être solidaire. La force n’est pas d’insulter, la force n’est pas de lancer des pierres, la force, c’est la force des idées, des programmes, c’est la force de faire changer le pays.

Alpha Condé invite ses partisans à ses faire enrôler dans les listes électorales

Il ne suffit pas seulement de vous mobiliser, il faut vous mobiliser pour aller vous inscrire, vous inscrire, vous inscrire. Car votre force, c’est le bulletin de vote. Chacun de vous ici, doit avoir l’idée d’aller se faire recenser. Parce que quand tu dis Oui et que tu ne votes pas ça ne sert en rien. Alors êtes-vous prêts à vous faire recenser, tous ? Oui (scandait la foule). La moitié des guinéens n’avait pas voté parce que vous n’êtes pas recensés. Cette fois, nous voulons que tous les guinéens en âge de voter puissent voter (…) Nous allons avoir des élections. Ne vous laissez pas impressionner.

Certains enfants de Kankan…

Certains de nos enfants de Kankan sont perdus. Ils se sont vendus à ceux qui sont nos ennemis. Parce que ils perçoivent de l’argent. Mais quand ils viendront à Kankan, vous allez les montrer qu’il n’y a plus de place pour eux, sauf s’ils retournent.

La Guinée est un pays de paix…

Nous sommes un pays de paix, nous devons nous aimer nous autres. Nous devons vivre en paix. N’imitons pas les autres qui jettent des pierres sur les voitures des autres, qui les insultes, montrons que le guinéen est partout chez lui en Guinée. Que ça soit en Basse Guinée, au Foutah, en Haute Guinée ou en forêt, un guinéen partout où il est, il est en Guinée. Rappelez-vous quand il y a eu Ebola, on ne parlait pas de tribalité, peulh, guerzé ou Toma, pour traverser la frontière de la côte d’ivoire ou du Sénégal. Quand vous étiez guinéen, vous ne passiez pas. Voilà la réalité. Nous sommes guinéens, avant d’être peulh, malinké, soussou Guerzé ou autres. Soyons fiers d’être guinéens. Et nous allons le montrer à la face du monde, comme en 58, la Guinée sait se relever débout face à son destin. Donc, je vous fais confiance.

A suivre…

Propos décryptés par Alpha Madiou BAH

Notre envoyé spécial à Kankan

Pour Globalguinee.info

Ceci pourrait vous interesser

Le Sénégal sous le choc après la disparition de Pape Diouf

Il est 20 heures ce 31 mars au Sénégal. Le couvre-feu destiné à endiguer la pandémie du ...