Home / Actualité / Politique / Adoption d’une nouvelle constitution en Guinée : une organisation africaine appuie la CODENOC…

Adoption d’une nouvelle constitution en Guinée : une organisation africaine appuie la CODENOC…

La Coalition Démocratique pour une Nouvelle Constitution (CODENOC) vient d’obtenir un soutien de taille. Les partisans d’une nouvelle loi fondamentale via un référendum, ont reçu ce lundi 09 décembre 2019, à leur siège situé à Kaloum, une délégation de la Mission Conjointe d’Observation Electorale de la Diaspora Africaine en Europe et du Groupe Agir Europe-Afrique, organisation Africaine pour le respect des institutions.

Cette rencontre s’est soldée par une conférence de presse, après un tête-à-tête entre les responsables des deux camps. Mais avant, la délégation a fait lecture d’une lettre ouverte quelle adresse au peuple de Guinée, et à travers laquelle elle apporte son soutien au changement constitutionnel.

La Mission Conjointe d’Observation Electorale de la Diaspora Africaine en Europe et du Groupe Agir Europe-Afrique, organisation Africaine pour le respect des institutions, dit apprécier l’idée de proposition d’une nouvelle constitution. C’est pourquoi, ses représentants à cette rencontre ont invité la population guinéenne à aller au référendum pour voter ‘’OUI ou NON”.

« Dans le cadre particulier de la Guinée, l’adoption d’une nouvelle constitution en lieu et place de celle qui est actuellement en vigueur, concoctée sous la transition militaire pour conduire le pays à la normalité, devrait être applaudie. Si le peuple n’est pas d’accord avec l’adoption d’une nouvelle constitution, il lui appartiendra de la rejeter en volant purement et simplement NON au référendum dans les urnes, sans besoin de violence », a confié Dr Louis Philippe Diffo, secrétaire permanent à la presse.

Dans leur lettre ouverte, la Mission Conjointe d’Observation Electorale de la Diaspora Africaine en Europe et du Groupe Agir Europe-Afrique, a exhorté le peuple de Guinée à exercer son pouvoir souverain pour rejeter le projet de constitution qui est en cours lors du référendum si tant est qu’il y est opposé. Sans avoir le besoin de mettre en mal la marche du pays vers le développement en détruisant les infrastructures durement acquises, en faisant tourner au ralenti son économie et en occasionnant des morts.

Face à la crise née du projet très controversé de Nouvelle Constitution, la délégation se dit indigner du silence coupable des organisations africaines. A l’endroit de la communauté internationale en particulier la CEDEAO, la Mission Conjointe d’Observation Electorale de la Diaspora Africaine en Europe et du Groupe Agir Europe-Afrique dénonce ce silence qui est observé sur la situation sociopolitique en république de Guinée. Ainsi, déclare Dr Louis Philippe Diffo, c’est maintenant qu’il faut agir pour désamorcer la situation et accompagner la Guinée dans sa marche démocratique.

Par ailleurs, elle condamne cette attitude de la communauté internationale qui, au lieu d’aider à sauvegarder la paix et la quiétude, attend que la situation dégénère pour organiser de nombreux sommets, de signature d’accords de paix et pour envoyer de l’aide l’humanitaire.

Il faut dire que c’est le ministre d’Etat, en charge des transports, Aboubacar Sylla, qui a présidé cette rencontre. Il était accompagné de Bouna Keita, de la COPAM, Dr Saliou Bella Diallo, du Parti AFIA, mais aussi d’Alhousseine Makanera Kaké, du FND, tous membres de la CODENOC.

A rappeler que la mission compte rencontrer dans les jours à venir, le Front National pour la Défense de la Constitution, et les partis d’opposition, pour échanger autour de ce projet, déjà renié par les opposants au changement constitutionnel.

Ci-dessous, la lettre ouverte de cette mission conjointe…

A suivre…

Alpha

 

Ceci pourrait vous interesser

Construction du siège de l’Assemblée nationale et du Palais de la Culture : la ministre de la coopération précise

Lors de sa conférence de presse ce vendredi, la ministre de la coopération et de ...