Home / Actualité / Echos de nos régions / 10 ans après les massacres du 28 septembre: ce que demande la CGCPI en faveur des victimes du douloureux évènement (déclaration)

10 ans après les massacres du 28 septembre: ce que demande la CGCPI en faveur des victimes du douloureux évènement (déclaration)

Dans 72 heures, les massacres du 28 septembre 2009 auront dix ans. Pour mémoire, les forces de défense et de sécurité, suite à la manifestation des forces vives contre la candidature de Monsieur Moussa Dadis Camara à l’élection présidentielle de janvier 2010, ont été à l’origine d’environ cent cinquante (150) personnes tuées, des dizaines de femmes violées, environ une centaine de disparus, des centaines de blessés, des séquestrations, des arrestations illégales et des dégâts matériels importants.

Si de nos jours, dix ans après les massacres l’information a été clôturée depuis le 25 juin 2019, par devant la cour suprême, avec douze (12) accusés, environ quatre cent trente (430) victimes entendues, quinze (15) témoins auditionnés et la mise en place du comité de pilotage pour la tenue du procès, force est de reconnaître que les victimes sont de nos jours impatientes voire inquiètes quant à l’ouverture d’un procès juste, équitable et inclusif.

La coalition Guinéenne pour la Cour Pénale International (CGCPI) relève également que que depuis l’ouverture des enquêtes en février 2010, devant les juridictions guinéennes, beaucoup de victimes sont décédées, certaines sont malades et vivent dans la précarité la plus absolue. À ce triste constat , il faut ajouter la situation des femmes répudiées par leur mari et celles atteintes du VIH-SIDA, suite aux viols dont elles ont été victimes, sans oublier les enfants orphelins descolarisés, qui doivent être normalement assistés.

Par ailleurs, il convient de rappeler que certaines victimes, précisément les trois (03) anciens premiers ministres ont reçu chacun deux milliards de francs guinéens soit au total six milliards de francs guinéens à titre d’indemnité provisoire pour les préjudices qu’ils ont subis lors des massacres du 28 septembre 2009.

Pour toutes ces raisons, la Coalition Guinéenne pour la Cour Pénale International (CGCPI) lance un appel au gouvernement guinéen, au comité de pilotage, aux partenaires bi et multilatéraux pour l’indemnisation provisoire des victimes des massacres du 28 septembre et l’ouverture d’un procès juste et équitable.

Conakry le 25 septembre 2019

Le Bureau exécutif national

Ceci pourrait vous interesser

Situation politique tendue en Guinée : Ibn Chambas chez Cellou Dalein Diallo…

S’achemine-t-on tout droit vers un retour autour de la table de négociations entre partisans d’Alpha ...